27 mai 2016

Good Golly! It's English Month again, old chap!

Hé oui!  C'est bientôt de nouveau le temps de dépoussiérer vos Agatha Christie et vos Sherlock Holmes, de faire chauffer l'eau pour le thé et de vous installer pour une lecture bien British... En juin c'est le Mois anglais organisé depuis plusieurs années par les blogueuses Lou et Cryssilda (Titine ne fait pas partie de l'équipe cette année).

Pour participer, il s'agit comme d'habitude de lire un ou plusieurs romans écrits par un auteur britannique ou qui parle de l'Angleterre, de nous décrire votre série télé anglaise ou votre recette de plum pudding préférées, nous faire le récit de votre voyage à Londres, etc.  Plusieurs lectures communes et journées thématiques sont d'ailleurs prévues qui pourraient vous inspirer. 

Comme je l'ai déjà dit en ce modeste salon, la littérature anglaise et moi on a vraiment des atomes crochus.  C'est donc avec plaisir que je participerai cette année encore.  J'ai déjà un billet en banque: Watership Down de Richard Adams (parution prévue le 9 juin pour la journée «campagne anglaise»).  Je pense lire au moins un autre roman, sans doute un Jasper Fforde que j'ai dans ma PAL, et peut-être ensuite un autre, c'est à voir.

Cheerio!


Addendum: Le billet récapitulatif est ici!


23 mai 2016

Ah pie beurre dé!

Dix ans déjà!  J'ai lu... a dix ans J'ai peine à le croire!  J'ai commencé ce blogue en mai 2006 tout simplement parce que j'avais envie d'écrire et que depuis que j'ai fini mes études je n'en avais plus l'occasion.  Écrire sur quoi alors?  Pourquoi pas tenir un journal de mes lectures? Dire que je me pensais super-originale!

Si vous relisez mes premiers billets, vous constaterez qu'il s'agit plus de mes impressions en cours de lecture.  Il y a donc souvent plusieurs billets pour un seul livre!  Le concept s'est raffiné au cours des mois et je me suis aperçu qu'il était plus intéressant, tant pour moi que pour mes lecteurs, que tout soit regroupé en un seul billet par livre.  Cette réalisation s'est faite en relisant mes propres billets mais surtout les vôtres chères amies blogueuses ou ex-blogueuses! (Dans la blogosphère littéraire, le féminin l'emporte sur le masculin, c'est bien connu!)

Pour fêter cet anniversaire, j'ai pensé faire une petite récapitulation de tous mes «Top 3» annuels.  En 2006 je n'avais pas fait de bilan annuel, je choisis donc a posteriori deux titres qui me semblent avoir été plus marquants.  Je trouve assez représentatif le portrait que cela trace de la lectrice que je suis.  On y trouve des classiques comme des trucs récents, des best-sellers comme des bouquins semi-confidentiels, et ce dans différents genres littéraires et de différentes nationalités.

2006
 Ensemble, c'est tout d'Anna Gavalda
The Plot Against America de Philip Roth (deux billets sur ce livre: le premier et le deuxième)

2007
 The Thirteenth Tale de Diane Setterfield
Harry Potter and the Deathly Hallows de J.K. Rowling
The Remains of the Day de Kazuo Ishiguro

2008
 Le Vieux qui lisait des romans d'amour de Luis Sepulveda
D'où viens-tu, berger de Mathyas Lefébure
L'Ombre du vent de Carlos Ruiz Zafon

2009
Champagne de Monique Proulx
Fingersmith de Sarah Waters
The Grapes of Wrath de John Steinbeck

2010
(Impossible cette année-là de n'en choisir que trois!  Ce fut une bonne année de lecture, on dirait!)
The Sparrow de Mary Doria Russell
The Prince of Tides de Pat Conroy
The Book Thief de Markus Zusak
Un Ange cornu avec des ailes de tôle de Michel Tremblay
The Enchanteress of Florence de Salman Rushdie
Ma Vie avec ces Animaux qui guérissent de Victor-Lévy Beaulieu
 
2011
(Encore là, plus que trois et j'avais ajouté une catégorie «non-fiction»)
Fiction:
Du bon usage des étoiles de Dominique Fortier
Great Expectations de Charles Dickens
La Petite Fille qui aimait trop les allumettes de Gaétan Soucy
Lord of the Flies de William Golding
Non-fiction:
A Short History of Nearly Everything de Bill Bryson
Voyage d'un Européen à travers le XXe siècle de Geert Mak

2012
The Road de Cormac McCarthy
Seul dans Berlin de Hans Fallada
Les Braises de Sandor Marai

 
2013
La Survivance de Claudie Hunzinger
The Old Man and the Sea d'Ernest Hemingway
Atonement d'Ian McEwan

2014
Regain de Jean Giono
The Call of the Wild de Jack London
Jonathan Strange & Mr Norrell de Susanna Clarke
  
2015
Confiteor de Jaume Cabré
Le Royaume d'Emmanuel Carrère
À l'Ouest rien de nouveau de Erich Maria Remarque
Mentions honorables:
Pieds nus dans l'aube de Félix Leclerc
Fall of Giants de Ken Follett

Merci chers amis lecteurs, fidèles de la première heure ou nouveaux venus, merci de me lire, merci de vos commentaires toujours appréciés!  C'est reparti pour un autre dix ans!

*******

Addendum: Et ça continue...

2016
Watership Down de Richard Adams
Soudain, seuls d'Isabelle Autissier
The Book of Air and Shadows de Michael Gruber


21 mai 2016

La Bibliothèque, la nuit, l'exposition


Que vous aimiez autant que moi les bibliothèques ou non, cette exposition présentée à la Grande Bibliothèque (BAnQ) est à voir!

Inspirée de l'oeuvre d'Alberto Manguel (qu'il n'est pas nécessaire d'avoir lue auparavant) cette expo imaginée par nul autre que Robert Lepage vous fait visiter une dizaine de bibliothèques, réelles ou imaginaires, en réalité virtuelle. C'est absolument époustouflant! En bonus, le texte narré par Manguel lui-même est fort intéressant.

Pour plus d'info: 

Il vaut mieux acheter les billets quelques jours à l'avance, en ligne, bien que les animateurs (très gentils et patients avec les personnes moins à l'aise avec la technologie) m'aient dit qu'on peut tenter sa chance et réserver le jour même, sauf le samedi et le mardi (où c'est gratuit) qui sont les journées les plus achalandées. 


Photo : Stéphane Bourgeois                                                                                                                                       

11 mai 2016

Voyage au bout de la nuit

***Contient quelques divulgâcheurs***

En 2015, j'avais eu la main heureuse avec mon choix de résolution-lecture, (Du côté de chez Swann de Proust, un vrai délice!).  J'ai donc décidé de réitérer l'expérience cette année en sélectionnant une autre œuvre-qui-fait-peur à lire en 2016.  J'ai relevé le défi, je suis contente, mais ça n'a pas été aussi plaisant.  C'est le moins qu'on puisse dire.

Pas que ce bouquin soit mauvais, loin de là.  Céline a  une plume d'une grande force.  Certains passages sont d'une telle lucidité qu'ils sont comme des coups en plein cœur!  Par exemple lorsqu'il parle de la guerre ou encore du travail abrutissant en usine aux États-Unis.

C'est juste que c'est vraiment, vraiment, vraiment trop noir pour moi.  À quelques exceptions près, les humains sont tous détestables.  Et si on comprend que c'est la guerre, l'absurdité surtout de cette Première Guerre mondiale, qui a rendu le narrateur incapable de ressentir quelque émotion positive que ce soit, cela ne le rend pas plus facile à aimer.

Dans la première moitié du roman, j'ai aussi été un peu décontenancée par certains changements de ton.  De réaliste au début, il devient caricatural durant la traversée en bateau et à l’arrivée en Afrique, pour ensuite virer presque au loufoque lorsque le personnage se fait compteur de puces pour le ministère de l'Immigration américain! Heureusement cela s'uniformise par la suite.

J'ai bien failli abandonner plusieurs fois (notamment durant la scène, heureusement courte, où des badauds torturent un cochon pour le plaisir de l'entendre couiner!);  deux choses m'ont retenue: premièrement je voulais accomplir ma résolution annuelle, et surtout j'ai entraîné dans l'aventure trois copains du forum du Guide de la bonne lecture.  Ça aurait été un peu gênant de les lâcher en cours de route!

Voilà!  Dorénavant je pourrai saisir les nombreuses références qui sont faite à ce livre dans d'autres œuvres (et je comprends ce qu'a vécu Annie François lorsqu'elle a tenté au moins une dizaine de fois de le lire, sans succès!).  D'ailleurs ce passage me dit quelque chose: 
«-- Mais alors où irez-vous?
-- Si on vous le demande, vous répondrez que vous n'en savez rien!»
Dans quel film j'ai entendu ça?


Un extrait frappant sur la lâcheté en temps de guerre:
 «Était-il fou vraiment?  Quand le moment du monde à l'envers est venu et que c'est être fou que de demander pourquoi on vous assassine, il devient évident qu'on passe pour fou à peu de frais.»

Un autre sur la guerre:
«Les Aztèques éventraient couramment, qu'on raconte, dans leur temple du soleil, quatre-vingt mille croyants par semaine, les offrant ainsi au Dieu des nuages, afin qu'il leur envoie la pluie. C'est des choses qu'on a du mal à croire avant d'aller en guerre.  Mais quand on y est, tout s'explique, et les Aztèques et leur mépris du corps d'autrui, c'est le même que devait avoir pour mes humbles tripes notre général Céladon des Entrayes, plus haut nommé, devenu par l'effet des avancements une sorte de dieu précis, lui aussi, une sorte de petit soleil atrocement exigeant.»


Voyage au bout de la nuit de Louis-Ferdinand Céline, 1932, 505 p.