12 octobre 2013

The Gargoyle (Les Âmes brûlées)

C'est un système qui a fait ses preuves. Vous, amis blogueurs, vous mettez à deux, trois, cinq ou dix pour me convaincre qu'un livre est fait pour moi. Je le note dans mon petit cahier, me disant qu'il faut le lire très bientôt. Mais j'en ai tellement noté, de ces titres, que ce n'est que quelques années plus tard que je me décide finalement à l'emprunter à la bibliothèque, ou que je le déniche par hasard dans une bouquinerie. Avec ma cervelle en fromage suisse, je ne sais même plus de quoi ça parle, et le plaisir de la (re)découverte est immense.

C'est tout à fait ce qui est arrivé avec The Gargoyle, vendu avec enthousiasme par Karine et Book Lady. Je pensais même que c'était dans le genre Fantasy, et qu'il y avait une «vraie» gargouille vivante!  Autant vous le dire tout de suite, ce n'est pas ça du tout. C'est plutôt l'histoire d'un gars d'une trentaine d'année, très beau physiquement mais très cynique et qui n'a jamais aimé personne.  À la suite d'un accident de voiture, il se retrouve à l'unité des grands brûlés, complétement détruit physiquement et moralement.  Il y rencontre plusieurs personnes qui vont changer sa vie, en particulier une femme qui affirme qu'ils se sont connus et ont été amants en Allemagne il y a sept cents ans, alors qu'elle était scribe dans un monastère et lui mercenaire. Est-elle folle, est-ce un cas de réincarnation? C'est ce qu'on se demande tout au long de ce roman fort bien écrit, drôle, poignant, romantique,  d'une plume très travaillée mais qui pourtant se lit avec une grande aisance, rempli de références littéraires, notamment à L'Enfer de Dante mais aussi à d'autres oeuvres.  Seules quelques longueurs dans la deuxième moitié l'empêcheront peut-être de recevoir le titre de «Coup de coeur».  Attention, certaines descriptions sont presque insupportables de réalisme (l'accident, les traitements); j'invite les âmes sensibles à sauter ces passages plutôt que d'abandonner complètement!

À cause des différentes interprétations possibles de l'intrigue,ce livre est très difficile à classer... Je le mets dans «Fantastique» ou dans «Littérature générale»?  Dans le doute...


The Gargoyle d'Andrew Davidson, 2008, 465 p. Titre de la traduction française: Les Âmes brûlées.

10 commentaires:

  1. C'est un roman qui donne le goût d'y croire. C'est ce que j'ai ressenti en refermant le livre, en tout cas!

    RépondreEffacer
    Réponses
    1. Oui, c'est ça! On voudrait que ce soit vrai!

      Effacer
  2. C'était un des premiers romans noté dans ma LAL suite aux billets des blogs... et pourtant, comme toi, je ne l'ai toujours pas lu cinq ans plus tard. Hum hum! Merci pour le rappel.

    RépondreEffacer
  3. Mmmmm... Tentant. Très tentant.

    RépondreEffacer
    Réponses
    1. Répète après moi: je veux lire ce livre, je veux lire ce livre...

      Effacer
  4. Je n'ai pas accroché du tout! Je l'ai abandonné celui-là...ça fait longtemps d'ailleurs, je ne me souviens même plus de ce que j'ai lu! :o/

    RépondreEffacer
    Réponses
    1. C'est peut-être le côté fantastique qui t'a déplu? Ou peut-être le caractère cynique et égocentrique du personnage au début (il évolue au cours du roman)?

      Effacer