30 décembre 2014

The Goldfinch (Le Chardonneret)

Après avoir adoré The Secret History (Le Maître des illusions), j'avais de grandes attentes face au plus récent roman de Donna Tartt. Surtout que les lecteurs du club de l'émission Bazzo.tv n'avaient pas tari d'éloges!  Peut-être de trop grandes attentes...

Le début est vraiment fantastique...  Ayant survécu à un attentat à la bombe au Musée des Beaux-Arts de New-York, un adolescent en ressort traumatisé, orphelin et avec dans son sac à dos un tableau d'un maître flamand, Le Chardonneret de Fabritius. Ne sachant comment rendre l'oeuvre sans s'attirer des ennuis, et parce qu'elle lui parle, lui sert en quelque sorte de bouée de sauvetage, il la gardera cachée plusieurs années.  

Le dernier tiers du roman est également passionnant, plein de revirements de situation rocambolesques, et se termine par de belles réflexions sur l'art et la vie.

L'ennui, c'est entre les deux. Et j'attire votre attention sur le mot ennui.  Car oui, je me suis ennuyée, au point que je me forçais parfois à lire, craignant de ne pas avoir terminé avant la date limite du prêt numérique!  Il faut dire que j'ai peu de tolérance et de compassion pour les personnages d'alcooliques et de drogués, c'est là mon moindre défaut, et le milieu du roman m'a fait l'effet d'une longue brosse* de 500 pages.

Sans avoir détesté, c'est donc une déception.  


*Pour mes lecteurs européens, une brosse = une cuite!


The Goldfinch de Donna Tartt, 2013, 719 p. en version numérique.  Titre de la traduction française: Le Chardonneret.

10 commentaires:

  1. Grominou, tu m'inquiètes! J'en suis à la page 300...

    RépondreEffacer
    Réponses
    1. J'ai ré-écouté le club de lecture de Bazzo.tv, Rafaële Germain avait envie de pleurer tellement elle a été touchée par ce livre, et MF Bazzo en avait des frissons... Alors peut-être que c'est moi qui suis passée à côté de quelque chose!

      Effacer
  2. Alors 500 pages à devoir subir cet ennui, ça a dû être mortel

    RépondreEffacer
    Réponses
    1. Je n'irais pas jusqu'à dire mortel, car il y a quand même de bons passages, mais disons que 150 ou 200 pages de moins, ça aurait été parfait!

      Effacer
  3. Hon dans ma pile. J'espère ne pas m'ennuyer sirop!!!

    RépondreEffacer
    Réponses
    1. J'avais peut-être de trop fortes attentes! J'espère qu'il te plaira plus!

      Effacer
  4. J'ai eu exactement le même ressenti que toi : un fort ennui dans le deuxième tiers... Dommage !

    RépondreEffacer
    Réponses
    1. Oui, je suis déçue d'être déçue!

      Effacer
  5. C'est incroyable comme tes commentaires collent bien à ce que j'ai ressenti : un ennui profond, et l'obligation de me forcer encore et encore à continuer puisque j'avais pris la peine d'acheter le livre.
    Et pour moi aussi le contexte alcool et drogue profond a accentué mon ennui comme si j'avais dû subir moi-même pendant des heures et des nuits entières la compagnie réelle des protagonistes : sur ce plan on pourrait dire que l'auteure a réussi son coup si son but était de coller tout à fait au réel ! Une longue brosse ininterrompue...

    RépondreEffacer
    Réponses
    1. Quand on l'a payé au prix fort c'est encore plus choquant! Moi au moins ça ne m'a rien couté... ;)

      Effacer