12 février 2017

Pour l'amour de Finette

Aucune idée où j'ai bien pu entendre parler de Remo Forlani, cet écrivain français décédé en 2009, grand ami des animaux (chats, chiens, éléphants, comme mentionné au début de ce roman!).  J'ai acheté ce livre en bouquinerie il y a plusieurs années et il végétait dans ma PAL depuis lors.  Je n'étais plus sûre d'avoir envie de le lire.  N'était-ce pas un peu gnangnan, un peu mélo?

C'est un billet récent de la copine blogueuse Alys* qui m'a convaincue de le mettre sur le dessus de la pile.  Et en fin de compte, si le style est un petit peu démodé, j'ai bien apprécié l'intrigue: sous l'Occupation, une jeune Parisienne recueille différentes bêtes abandonnées dans la ville, ce qui l'entraînera dans diverses aventures.  C'est léger, amusant (il y a quelques scènes de violence mais on ne s'éternise pas dans les détails) et ça soulève la question, rarement abordée, du sort de nos animaux domestiques lors de guerres ou de cataclysmes.  Chaque année au mois de juillet**, la SPCA note une augmentation d'abandons de chats et de chiens, simplement parce que les gens déménagent...  Alors imaginez lors d'événements plus tragiques et inattendus!


* Ah bien, voilà où j'en ai entendu parler, c'était dans son billet sur Gouttière, en 2013!
** Au Québec, la plupart des déménagements se font le 1er juillet.


Pour l'amour de Finette de Remo Forlani, 1983, 275 p.

2 commentaires:

  1. Haaaa contente que tu aies aimé alors!!! :)
    Merci pour les liens :)

    RépondreEffacer