26 janvier 2019

Internet rend-il bête?

Réponse: cela dépend de la définition de «bête».  Ce qui est sûr, selon Nicholas Carr, c'est que l'Internet modifie notre façon de travailler, de lire et jusqu'à nos circuits neuronaux.  Si notre cerveau y gagne sur certains points (reconnaissance des stimuli visuels, prise de décision rapide), il y perd aussi sur d'autres et non des moindres: mémoire, concentration, aptitude à lire «en profondeur» (par opposition à une lecture superficielle), capacité d'analyse, voire même une certaine compassion.  Bien sûr, l'humanité va s'adapter à ces changements comme elle s'est adaptée à d'autres bouleversements technologiques (invention de l'écriture, de l'horloge, de l'imprimerie), mais la question que pose Carr est: dans ce cas-ci, est-ce souhaitable?

Voilà un essai qui fait certainement réfléchir.  On ne retournera pas en arrière, l'Internet fait maintenant partie de nos vies.  Mais on peut se réserver des moments où on lit dans le silence, loin de toute distraction (et non dans le salon à côté de Gropitou qui regarde un de ses films de série B imbéciles), des textes qui demandent plus de concentration.  Privilégier à l'occasion la version papier ou à tout le moins la liseuse non connectée.  Car tout hyperlien, toute publicité en marge de l'écran, nous empêche de nous absorber complètement dans le texte en demandant constamment à notre cerveau, sans même qu'on en soit conscient bien souvent, s'il doit s'en occuper.  Une partie de notre mémoire de travail est donc affectée à la prise de décision au dépend de la lecture profonde, de l'analyse et de la mémorisation.  Et une fois que nos circuits neuronaux s'atrophient, il est difficile de leur redonner leur tonus d'antan.

Comme ma liseuse commence à se faire vieille (et surtout que le logiciel de Sony Reader n'est plus maintenu à jour, ce qui occasionne des problèmes de téléchargement, merci Sony), j'aurai sans doute à la changer éventuellement.  Avant de lire ce livre, je me disais que ce serait chouette d'en avoir une connectée au Wi-Fi, ainsi on peut aller vérifier des trucs sur wikiki sans même se lever.  Maintenant je ne suis pas sûre que ce soit une si bonne idée.  Il paraît même que dans le futur, nous pourrons communiquer en cours de lecture et en temps réel avec d'autres lecteurs pour comparer nos impressions, lire les notes ajoutées par les lecteurs précédents, etc. Ark!  Très peu pour moi!  Autant j'aime lire des avis sur les blogues et les forums une fois le livre fini, autant fichez-moi la paix pendant que je lis!!!


Internet rend-il bête? de Nicholas Carr, traduit de l'anglais, 2010, 315 p.  Titre de la version originale: The Shallows.

2 commentaires:

  1. Très intéressant tout ça. C'est vrai qu'on change de manière de lire avec Internet (autrefois, je lisais quasiment toutes les pages des journaux papier, maintenant je ferme un article si ça me prend plus de deux minutes de le lire, et j'ignore à quel moment j'ai perdu patience comme ça...).

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah voilà, c'est un très bon exemple de ce dont parle l'auteur!

      Supprimer