23 janvier 2011

Abolissons l'hiver!

Nos ancêtres l'avaient bien compris, eux. L'hiver était la saison du repos, des activités d'intérieur, des soirées au coin du feu ou des visites entre voisins, à danser et turluter. D'avril à octobre on trimait dur; la saison morte c'était l'hiver.

Et maintenant? C'est l'inverse! Nous prenons nos vacances en juillet, les enfants et leurs professeurs ont congé de juin à août, la télévision ne diffuse que des reprises, même la construction s'arrête pendant deux semaines!

C'est le constat que fait Bernard Arcand dans cet essai drôle et intéressant. En première partie, il nous dresse la liste des inconvénients de l'hiver, réels ou imaginaires. Puis dans le deuxième chapitre, il démontre que notre mode de vie est organisé comme si l'hiver n'existait pas, comme si nous l'avions vaincu. Enfin en dernière partie il nous expose sa solution.

Cette section est la moins intéressante selon moi, car l'auteur a un peu trop poussé mémère dans les orties.  Il est utopique de penser que notre société pourrait se mettre au point mort pendant deux mois, en janvier et février, au point qu'on n'aurait même pas à déblayer la plupart des routes! Sans pousser le bouchon  aussi loin, on pourrait imaginer ce que la vie serait si les écoles étaient fermées l'hiver, si plus de travailleurs y prenaient alors leurs vacances...  (Je le fais souvent, c'est une pure volupté que de se recroqueviller sur le divan avec un bon livre et une tasse de thé fumant lorsque la tempête fait rage!). Imaginez déjà la circulation et le déblaiement beaucoup plus facile.  La conduite après une tempête serait beaucoup moins stressante s'il n'y avait que la moitié des voitures sur la route à l'heure de pointe, non?  Surtout que j'ai remarqué depuis quelques années que les gens sont de plus en plus nerveux et impatients dans ces situations, je ne sais trop comment l'expliquer. En décembre, le lendemain de la première grosse tempête de la saison, il y a même un type qui a foncé sur un autre avec son véhicule à la suite d'une altercation, le blessant mortellement!

Bref, malgré une dernière partie plus faible, un essai fort intéressant et qui est l'occasion de nous questionner sur notre propre rapport à cette saison mal aimée!

Extrait:
«Pendant cinq mois il faut se méfier également des accidents.  Glisser d'un toît qu'on déglace.  Perdre pied sur un trottoir et se fracturer un os. Connaître l'infarctus qui suit une séance de pelletage déraisonnable; l'infarctus du citoyen moyen, grassouillet, fumeur au taux de cholestérol élevé ou diabétique inconscient, qui, devant tant de neige, pique une sainte colère, puis s'éteint et monte au ciel. Être frappé par un camion de déneigement conduit par un chauffard. Être décapité par un câble d'acier au cours d'une promenade en motoneige. Culbuter sur la piste de descente quasi olympique du mont Sainte-Anne. Être englouti sous la glace trop mince d'un lac. Se lancer dans l'escalade d'un glacier escarpé. Jouer au hockey. Se faire happer par une souffleuse. Être kidnappé par le Yéti. Recevoir sur la tête un bloc de glace qui tombe du toit. Voir son pare-brise fracassé par un autre bloc qui se détache, sur la route, du camion qui vous précède. Recevoir une boule de neige derrière la tête. Un glaçon en plein cœur. Être aveuglé par la neige. Ne plus pouvoir détacher sa langue d'un barreau de métal. Se couvrir de ridicule en essayant de construire un igloo.

L'hiver est la saison de toutes les misères.»

Le billet d'Allie.

Abolissons l'hiver! de Bernard Arcand, 1999, 110 p.

14 commentaires:

  1. à -37 ce matin avec facteur vent, je suis d'accord pour que cette saison fasse de l'air!!!

    RépondreEffacer
  2. Jules: J'avoue que mon billet tombe assez à-propos!

    RépondreEffacer
  3. J'allais dire EXACTEMENT ce que Jules a dit. -42 un moment donné avec les vents ici... Brrrrrrrr...

    RépondreEffacer
  4. Je ne serai pas originale pour un sou, mais quel timing ! Tu as préparé ton coup !?

    Ça donne le goût de lire sur l'hiver, ne serait-ce que pour avoir du recul.

    La couverture est des plus jolies !

    RépondreEffacer
  5. En tout cas moi, je suis d'accord pour abolir l'hiver mais pas pour rester là à ne rien faire.
    Je n'ai pas encore trouvé la solution.
    À la retraite mais pas pour la Floride.

    RépondreEffacer
  6. Ce doit être amusant à lire, même si je ne me sens pas vraiment concernée par les problèmes hivernaux ici (c'est rare qu'on ait de la neige !).

    RépondreEffacer
  7. Je suis d'accord pour qu'on abolisse l'hiver... Ah un printemps perpétuel !!

    RépondreEffacer
  8. Un excellent moment de lecture pour moi! J'adore l'hiver et certains points apportés par l'auteur me font bien rire :)
    Malgré le titre, ce n'est pas vraiment à un abolissement de l'hiver qu'il nous invite, mais plutôt à repenser cette saison pour mieux la vivre.

    RépondreEffacer
  9. Karine: Ce n'est pas si pire que ça ici: -22 + vent cet après-midi à Montréal. Je n'inclus jamais le facteur éolien, qui est trompeur, car bien habillé on sent beaucoup moins ses effets. C'est beaucoup moins dur psychologiquement de se décider à sortir par -22 que par -37!

    Venise: Non, c'est vraiment un adon, j'ai fini de le lire samedi! Par contre, le choix de le lire en janvier était bien sûr intentionnel! La couverture est jolie et rigolote (le personnage a un entonnoir sur la tête) et reflète bien le contenu.

    Ginette: L'auteur propose différentes pistes de solutions, il y en a pour tous les tempéraments, et fuire en Floride n'y figure pas!
    ;-)

    Joëlle: Ce n'est pas bien de venir narguer les copines! ;-) Cela dit, je m'ennuierais de la neige si nous n'en n'avions pas du tout! C'est tellement joli!

    Constance: Comme Allie le souligne ci-dessus, l'auteur ne propose pas vraiment d'abolir l'hiver, mais plutôt de repenser notre mode de vie et notre attitude! Et puis je crois qu'on n'apprécierait pas autant le printemps s'il ne suivait pas cinq mois d'hiver!

    Allie: Je suis assez d'accord avec toi, j'aime bien l'hiver en général (sauf la sloche et le verglas) mais le trouve un peu long. J'ai bien ri moi aussi!

    RépondreEffacer
  10. Bonjour Grosminou,

    J'ai trouvé le passage du livre très drôle, et j'adore la couverture, un achat pour l'hiver prochain...?! Ici l'hiver c'est plutôt la pluie, même si cette année nous avons eu un hiver froid et rigoureux !

    A bientôt,

    Vonnette

    RépondreEffacer
  11. Vonnette: Pour découvrir cet auteur, je te suggère aussi de lire sa série des Lieux communs, écrite en collaboration avec Serge Bouchard. Ce sont de petites chroniques sur différents sujets, c'est drôle et bien pensé.

    RépondreEffacer
  12. Pour faire court : gla gla gla, je suis parfaitement d'accord avec vous !!! (gla gla gla)

    RépondreEffacer