10 octobre 2011

Roman-réalité

Je ne fais sans doute pas partie du public cible de ce bouquin.  J'avoue que lorsque je l'ai choisi parmi la liste de l'opération Masse Critique de Babelio, j'ai lu la présentation en diagonale, car, je l'ai souvent dit en ces pages, je déteste savoir l'intrigue d'avance et donc ne lis jamais les quatrièmes de couverture. Je pensais que les quatre aspirants écrivains qui participent à ce concours de «roman-réalité» auraient à écrire, justement, un roman à huit mains, ce qui aurait pu donner lieu à un «roman dans le roman», un stratagème qui peut donner des résultats fort intéressants (cf Paul Auster, Margaret Atwood, et al). (Je sais, il y a quatre fois le mot roman dans la phrase précédente, c'est maladroit mais comment faire autreroman, oups, autrement?)

Finalement ce n'est pas tout à fait ça.  Les quatre jeunes, isolés dans un chalet en pleine nature, doivent chaque soir rédiger un compte rendu de la journée, et ce sont ces écrits qui seront rassemblés et publiés, accompagnés des textes d'un observateur impartial qui les épie à distance grâce au système de surveillance installé dans la masure. Le reste du temps, nos participants doivent résoudre des énigmes ou accomplir certains défis, exactement comme dans les émissions de télé-réalité insupportables (mais chacun ses goûts) de style Occupation double/ Loft Story.

Les deux principaux défauts: premièrement, dans leurs textes, les participants ne font rien d'autre que se dénigrer les uns les autres, ce qui malheureusement à l'effet de nous les rendre tous antipathiques!  Même l'observateur a une attitude méprisante envers eux. Deuxièmement, pour des aspirants écrivains qui désirent se faire remarquer, ils ne soignent pas du tout leurs écrits, se contentant d'un premier jet bourré de sacres et d'abréviations héritées des textos, anglophones de surcroît (WTF, BTW...). Encore là l'observateur, pourtant lui aussi écrivain en manque d'éditeur,  souffre du même travers, se permettant des expressions comme bitchage ou wannabe.

Points positifs: une bonne idée de départ, mais qui aurait pu être poussée plus loin, et une finale surprenante et bien amenée.

Pas mon style d'écriture, pas mon style d'histoire. Je ne fais pas partie du public cible, prenez donc mon avis avec un grain de sel.  Je suis sûre que ce livre plaira à plusieurs, je ne fais tout simplement pas partie du groupe!


Merci à Babelio et aux éditions Coups de tête pour l'envoi.

Roman-réalité de Dominic Bellavance, 2011, 294 p.

6 commentaires:

  1. Je ne crois pas que cela me plairait beaucoup ... je ne suis déjà pas fan de ce genre d'émissions alors la même chose sous forme de roman ... bof, pas tentée ;)

    RépondreEffacer
  2. Je passe aussi. J'en ai tant d'autres à découvrir qu'un de moins, ne pèsera pas trop dans la balance ;-)

    RépondreEffacer
  3. mmmmm la téléréalité ce n'est pas exactement mon truc :-)

    RépondreEffacer
  4. Joëlle: En effet je pense qu'il plaira surtout aux amateurs de Loft Story et autres émissions du genre...

    Suzan: Ça me fait toujours de la peine lorsqu"il s'agit d'un jeune auteur peu connu, mais je ne suis pas pour mentir non plus...

    Yueyin: Moi non plus!

    RépondreEffacer
  5. Tu me rends service, je ne tournerai plus autour de ce titre puisque moi non plus ce n'est pas mon style. Merci !

    RépondreEffacer
  6. Venise: Je crois en effet que tu ne fais pas partie du public cible, toi non plus! Du moins d'après ce que je sais de tes goûts...
    ;-)

    RépondreEffacer