26 juillet 2015

Les Cendres d'Angela (Angela's Ashes)

Sachant que ce roman avait fait l'objet d'un film, je pensais qu'il s'agissait de l'histoire d'un père alcoolique irlandais qui tente de regagner la garde de ses enfants après la mort de sa femme.  Mais non, si cela se déroule bien en Irlande et si le père est bien alcoolique, la mère est vivante et ce n'est pas ce film-là que j'ai vu.  (Vérification faite, il s'agit plutôt d'Evelyn, avec Pierce Brosnan.)  Je m'attendais donc à quelque chose d'assez dramatique, alors qu'avec des sujets aussi terribles que la misère, la maladie, l'injustice et même la mort, Frank McCourt est arrivé à me faire pouffer de rire à plusieurs reprises, même si j'ai eu aussi la gorge nouée de nombreuses fois.  Né aux États-Unis, il a passé son enfance en Irlande et c'est ce qu'il nous raconte dans ce récit. 

Il a su garder ses yeux et sa voix d'enfant puis d'adolescent, et certaines de ses réflexions sur le monde absurde des adultes sont tout à fait impayables.  Son humour m'a assez fait penser à celui de Roddy Doyle dans The Woman Who Walked into Doors.  Peut-être cette faculté de rire de sujets sordides est-elle typiquement irlandaise?

La traduction est assez bonne, en tenant compte du fait qu'il est toujours difficile de traduire un langage populaire sans tomber dans l'argot trop typiquement parisien.  Le traducteur Daniel Bismuth s'en est plutôt bien tiré, à quelques petites exceptions près.


Les Cendres d'Angela de Frank McCourt, traduit de l'anglais, 1997, 432 p.  Titre original: Angela's Ashes.

10 commentaires:

  1. Il y a bien un film tiré de ce roman. Il est très beau, très esthétique. Je te le recommande !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, maintenant que je l'ai lu j'ai très envie de voir le film, surtout que je crois que la mère est jouée par Emily Watson que j'aime beaucoup!

      Supprimer
  2. Oh que j'avais hâte de lire ton avis sur ce livre ! Il me tente depuis un bon moment, mais j'avais peur que ce soit trop sombre. Ce que tu dis sur le narrateur me donne envie de le considérer. Bon dimanche Grominou :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il y a des passages très tristes, mais ce qui ressort surtout c'est la grande résilience des enfants, et il y a toujours de la lumière au bout du tunnel.

      Supprimer
  3. Comme souvent : jamais lu, envie, je note... :)

    RépondreSupprimer
  4. Je l'ai lu il y a très longtemps. Je n'avais pas accroché, il me semble (de mémoire) que j'avais trouvé qu'il y avait un peut trop de "je m'appitoye sur mon sort".

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah oui? Je n'ai pas du tout eu cette impression, à cause de l'humour omniprésent.

      Supprimer
    2. Peut-être n'étais-je pas "d'humeur" à lire ce livre. Parfois je n'accroche pas parce ce n'est pas le bon moment. Peut-être était-ce le cas.

      Supprimer
    3. Oui, cela m'arrive aussi.

      Supprimer