08 septembre 2015

Le Royaume

Je croyais qu'il s'agissait d'un roman.  Un roman dont l'intrigue se situait au début du christianisme et mettait en scène les apôtres.  Et je ne suis pas la seule à m'être gourée puisqu'à la Bibliothèque de Montréal, dans plus de la moitié des succursales, si j'en juge d'après le catalogue, on a classé ce bouquin dans la section roman.

Dans le prologue, l'auteur nous raconte que pour se documenter sur le sujet de la Foi (et en particulier sur ce qui fait que des gens par ailleurs parfaitement sensés pour la plupart, peuvent croire une histoire aussi abracadabrante que celle de la résurrection du Christ), il a voulu interroger des croyants.  Puis il s'est dit que comme il avait lui-même (brièvement mais avec ferveur) été croyant, il trouverait les réponses à ses questions dans ses propres écrits de l'époque où il lisait et décortiquait chaque jour la Bible.  Et ainsi de suite pendant des pages, pendant en fait un tiers du volume.

Bon, c'est super intéressant, très bien écrit et souvent très drôle, mais le roman, il commence quand?

Hé bien, il n'y en aura pas de roman!  Quand enfin on arrive à la partie qui se déroule en l'an 1 de notre ère, on s'aperçoit que Carrère continue de nous raconter ça sur le ton de la conversation, toujours avec beaucoup d'humour et en faisant de nombreuses comparaisons avec notre temps pour bien tout mettre en perspective: comment vivaient les apôtres, comment on a pu reconstituer tout ça en se basant sur les écrits de l'époque, non seulement les textes religieux mais aussi d'autres sources comme les auteurs romains par exemple. (Elle est vraiment longue cette phrase.  Ça paraît que j'ai lu Proust récemment.  Parlant de Proust, depuis que j'ai lu le premier tome de La Recherche, c'est incroyable le nombre de références proustiennes que j'ai remarquées dans d'autres oeuvres.  Juste dans ce livre, au moins deux ou trois.  Dont une à l'épisode très drôle où les grandes-tantes essaient de remercier un voisin qui leur a fait parvenir une caisse de vin, mais s'y prennent de façon si vague, par crainte de tomber dans la vulgarité, que l'autre n'y comprend rien.  Maintenant,  il faut que je lise Céline, parce que les allusions fréquentes à Voyage au bout de la nuit me passent dix pieds par dessus la tête.  Mais je m'égare.)

Alors, j'ai aimé ou j'ai pas aimé?  J'ai beaucoup, beaucoup aimé, c'est une brique et ça se lit comme rien, mais j'aurais été moins déstabilisée si j'avais su dès le début de quoi il s'agissait.  Je sais, j'ai souvent dit ici que j'adorais commencer un livre dont je ne savais rien,  partir à la découverte, etc, mais il ne faut pas pousser mémère dans les orties.

Un extrait qui donne le ton:

Après avoir quitté Philippes, Paul est allé à Thessalonique, puis de Thessalonique à Bérée, et partout ç'a été le même scénario.  Le jour du sabbat, il prenait la parole à la synagogue, convertissait quelques Grecs judaïsant et soulevait l'hostilité des vrais Juifs qui employaient tous les moyens pour chasser ce concurrent déloyal.  Dans un album de Lucky Luke, on le verrait à chaque fois quitter la ville enduit de goudron et de plumes.

Un autre extrait, où il parle de l'oeuvre de l'historien Ernest Renan (1823-1892) en des mots qui décrivent assez bien sa propre entreprise, en fait:

Mais la Vie de Jésus n'est que la partie émergée de l'iceberg.  Le plus passionnant, ce sont les six volumes suivants de l'Histoire des origines du christianisme, où est raconté en détail cette histoire beaucoup moins connue:  comment une petite secte juive, fondée par des pêcheurs illettrés, soudée par une croyance saugrenue sur laquelle aucune personne raisonnable n'aurait misé un sesterce, a en moins de trois siècles dévoré de l'intérieur l'Empire romain et, contre toute vraisemblance, perduré jusqu'à nos jours.

Je précise que je l'ai lu d'un point de vue athée; si vous l'avez lu et êtes vous-même chrétien, je serais très intéressée de connaître votre avis, car j'hésite à le recommander à des croyants: seront-ils choqués?


Le Royaume d'Emmanuel Carrère, 2014, 630 p.

8 commentaires:

  1. Haaah je le lirai certainement car j'ai adoré tout ce que j'ai lu de Carrère. Ton avis conforte mon intérêt !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu peux me suggérer d'autres titres? C'était mon premier.

      Supprimer
    2. Et bien Limonov avant tout. Je pense que l'effet découverte a certainement joué dans mon appréciation, mais c'est vraiment un livre dingue sur un personnage dingue.
      En deuxième, D'autres vies que la mienne, car c'est très touchant et triste et révoltant à la fois.
      :)

      Supprimer
    3. Ok merci, c'est noté! As-tu lu L'Adversaire? Il me tente...

      Supprimer
    4. Oui et il est très bien aussi. Mais il est plus intéressant en tant que récit (à cause des faits) qu'en tant que livre de Carrère ; je l'ai trouvé moins "typé".

      Supprimer
  2. Je note ! Mon père me parle souvent de cet auteur. D'ailleurs, il m'a prêté Limonov qui a l'air pas mal aussi :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, et un autre titre qui me tente aussi c'est L'Adversaire

      Supprimer