06 octobre 2017

Dernier inventaire avant liquidation

Je crois qu'en Europe Beigbeder est une figure incontournable des média; ici il est beaucoup moins connu en tant que personnalité publique, ce qui m'a permis d'aborder sans trop d'a priori ce petit bouquin.  (J'avais seulement détesté le film 99 Francs tiré d'un de ses romans, abandonné après une demi-heure, mais je ne l'ai pas retenu contre lui...)

En cinquante chroniques (qui ressemblent assez à des billets de blogue littéraire, finalement!), Beigbeder nous livre ses impressions des cinquante livres marquants du XXe siècle tels que choisis lors d'un sondage organisé par les librairies FNAC et le journal Le Monde, choix assez subjectif, voire biaisé, puisque fait à partir d'une liste de deux cents œuvres préalablement établie par des libraires et des critiques. 

Avec beaucoup d'humour et d'auto-dérision, Beigbeder nous parle de chacun de ces livres (pas tous des romans, il y a quelques essais et même des bandes dessinées) et ne se gêne pas pour critiquer certains des choix des lecteurs.  Comme il l'a souligné, on peut penser que ceux qui ont élu l'Ulysse de Joyce ne l'avaient peut-être pas tous lu, et que Le Nom de la Rose d'Eco, aussi bon soit-il, doit en partie sa 12e position à la popularité du film.  Il est assez dur avec certains des auteurs (disons qu'Autant en emporte le vent, ce n'est pas sa tasse de thé! Et il n'a clairement pas aimé Paroles de Prévert autant que moi...) et on peut être d'accord avec lui ou pas, c'est justement ce qui fait l'intérêt de cet exercice.  Il m'a donné le goût de découvrir certains livres dont j'avais peu entendu parler (Sous le soleil de Satan de Bernanos, je ne connaissais que le film de Pialat, que je n'ai pas vu d'ailleurs) ou d'en relire d'autres (Cent ans de solitude!).

Par contre, soyez avertis,  il ne se retient pas de divulgâcher à tour de bras (au moins il nous avertit avant de révéler l'identité de l'assassin dans Le Meurtre de Roger Ackroyd, politesse que n'avait pas eu le Robert des noms propres dans l'article sur Agatha Christie qui m'a empêché à tout jamais d'apprécier ce classique des classiques du polar comme il se devrait).  J'ai donc sauté quelques chapitres sur des œuvres que j'ai l'intention de lire plus ou moins prochainement (Proust, Buzzati, Hemingway).


Dernier inventaire avant liquidation de Frédéric Beigbeder, 2001, 223 p.



4 commentaires:

  1. Intéressant :) J'ai lu quelque chose de lui il y a quelques années mais j'avais trouvé ça tout à fait inutile. Je suis incapable de me souvenir du titre tellement ça m'a marquée! Mais tu me donnes bien envie pour celui-ci.

    RépondreEffacer
    Réponses
    1. Ses romans ne me tentent pas, mais ces chroniques-ci sont très intéressantes.

      Effacer
  2. Je suis assez ambivalente avec le "personnage" de Beigbeder. j'aimais beaucoup son émission de cinéma sur une chaine cryptée, mais certains des ses avis/opinions me hérissaient le poil. Et je le trouvait parfois pédant. Ceci étant dit, l'homme a du talent, c'est certain, et ça e dirait bien de lire ce livre. Ce qui me retient peut-être c'est le côté "je révèle tout sur l'intrigue".

    RépondreEffacer
    Réponses
    1. Le personnage est beaucoup moins connu ici... Pour ce qui est des divulgâcheurs, ça vaut vraiment la peine de sauter les chapitres qui parlent des œuvres que tu as l'intention de lire prochainement.

      Effacer