03 juin 2010

Moi aussi!

«Vieux ou neufs, le seul signe dont j'essaie toujours de débarrasser mes livres (en général sans grand succès) est l'indication de prix que leur fixent au dos des libraires malveillants.  Ces affreuses écailles blanches sont difficiles à arracher, elles laissent des cicatrices lépreuses et des taches de glu auxquelles adhèrent la poussière et la bourre des âges, et je rêve d'un enfer collant spécial auquel serait condamné l'inventeur de ces adhésifs.»
Alberto Manguel, La Bibliothèque la nuit.

7 commentaires:

  1. Ha ! Ha ! J'adore cet extrait !!! Ce livre est dans ma PAL, tu me donnes envie de l'ouvrir !!!

    RépondreEffacer
  2. et moi tu me donnes envie de l'ajouter à ma PAL !

    RépondreEffacer