17 janvier 2018

It (Ça)

Je n'aime pas trop les clowns et j'ai bien failli ne jamais lire ce roman de Stephen King à cause de celui qui orne la couverture de la plupart des éditions... (Rappelez-vous, le même phénomène s'était produit avec le magnifique Effroyables Jardins de Michel Quint!) Mais une discussion  dans un forum m'a fait comprendre que, beaucoup plus qu'une histoire de clown maléfique, c'est avant tout un roman sur l'amitié et sur le pouvoir de l'imagination enfantine. J'étais donc décidée à le lire éventuellement, mais je voulais d'abord terminer les sept tomes de La Tour sombre. Cela explique pourquoi je ne le lis que maintenant, alors qu'on pourrait croire que c'est à cause de la sortie du film cet automne...  D'ailleurs, j'ai peu entendu parler de ce dernier, il était bien ou pas?

J'ai beaucoup aimé la construction du récit.  On alterne entre les époques, entre les mêmes personnages enfants et adultes.  Le passé et le présent se répondent, s'éclairent, avec un rythme qui s'accélère jusqu'à la finale trépidante.  Les chapitres des enfants m'ont rappelé ma propre enfance. Même si la mienne s'est déroulée une quinzaine d'années plus tard, les choses avaient peu changé. On se promenait en vélo, on aimait construire une cabane dans le bois (ou l'hiver, un fort dans la neige!), un barrage sur un ruisseau, etc.

Mais heureusement, je n'ai pas connu l'ambiance de cette petite ville fictive du Maine, où le Mal existe comme partout ailleurs, mais avec juste une petite coche de plus, depuis toujours et avec des explosions de malheurs et de catastrophes qui reviennent périodiquement.  Cette ville où les méchants sont juste un peu plus méchants que la moyenne, où les gentils sont un peu trop passifs, tout cela est décrit de main de maître par King.

Alors oui, on a peur.  D'ailleurs j'ai fait tout un sursaut pendant que je lisais un passage où apparaissent des insectes, alors que j'ai cru en voir un du coin de l’œil sur le coussin du divan -- ce n'était qu'un reflet dans mes lunettes!  Mais on rit aussi beaucoup et on s'attendrit et on verse quelques larmes.  Car plus qu'une histoire de monstres, c'est bel et bien un roman sur l'amitié, la loyauté et le pouvoir de l'imagination.  J'ai vraiment bien fait de le lire, finalement.


It de Stephen King, 1986, 1052 p.  Titre de la traduction: Ça.

10 commentaires:

  1. Je note tout le bien que tu en dis pour la suite de mes lectures de Stephen KIng. :) (Je ne l'ai pas lu et n'ai pas vu les films.)

    RépondreEffacer
    Réponses
    1. Tu vas l'aimer, et en plus on remarque quelques petits liens avec La Tour sombre...
      ;-)

      Effacer
  2. Réponses
    1. Il faut l'essayer! J'ai quant à moi été ravie par la qualité de son écriture, car j'avais des préjugés à son sujet!

      Effacer
  3. J'ai une amie qui est en train de lire et elle dit qu'elle a vraiment peur toute seule dans son appartement! haha pas pour moi, je suis moumoune en chef des moumounes!! :)

    RépondreEffacer
    Réponses
    1. Ah oui, ce n'est pas un bon livre pour toi car il est vraiment épeurant! :D

      Effacer
  4. Lu il y a un bon bout et un des rares que j'ai mis dans ma pile à relire.

    RépondreEffacer
    Réponses
    1. Ce serait effectivement intéressant de le relire, mais en même temps il m'en reste d'en de cet auteur à lire...

      Effacer
  5. Bien plus qu'un simple roman d'horreur, c'est sûr. Tu as eu l'occasion de voir l'adaptation depuis ? Perso, je trouve dommage qu'ils aient séparé en deux films cette alternance entre les époques, qui fonctionne très très bien dans le roman. Autrement, c'est pas mal.

    RépondreEffacer
    Réponses
    1. Non je n'ai pas vu le film, et je ne savais pas qu'ils avaient séparés les époques; tu as raison, c'est dommage!

      Effacer