16 juin 2011

La Chorale du Diable

PhotobucketUne deuxième enquête pour le policier Victor Lessard et ses collègues, après Il ne faut pas parler dans l'ascenseur que j'avais bien aimé l'an dernier.

Martin Michaud affine de plus en plus son art, même si le style n'est pas encore parfait à 100%. L'écriture m'a semblé plus travaillée, plus ciselée, mais il y a quelques longueurs dans la première partie, et je ne sais pas si vous êtes comme ça vous aussi, mais moi, quand je commence à m'ennuyer, même juste un peu, je ne peux empêcher mon «éditrice intérieure» (1) de s'éveiller et de noter les quelques petits défauts. Comme celui, déjà remarqué dans l'opus précédent, de ne pas faire confiance au lecteur et de trop expliquer certains détails, certains liens. Par exemple, lorsqu'une collègue lui parle d'un meurtre commis à la hache, il n'est pas nécessaire que Lessard lui rappelle qu'un crime précédent avait été perpétré avec le même type d'arme, il est évident qu'elle s'en souvient, et nous aussi.

Toutefois, à partir du milieu l'action s'accélère, et là j'ai vraiment embarqué pour ne plus décrocher jusqu'au dénouement. J'apprécie notamment la petite touche fantastique que Michaud donne à ses intrigues, et j'espère qu'il continuera à exploiter cette niche, qui me semble fort originale. Et si je ne suis pas encore prête à lui décerner le titre de «nouveau maître du thriller au Québec» comme l'a fait une journaliste de Rythme FM, je pense qu'il a le potentiel de le devenir, et j'attends avec impatience le prochain de la série! (Si jamais l'auteur lit ces lignes, j'ai une demande spéciale à exprimer: j'aimerais bien retrouver le petit Félix, son journal intime est tout simplement tordant!)

(J'ai aussi une demande à faire à la déesse des livres ou au destin, est-ce que je pourrais maintenant tomber sur un roman où il ne serait pas question de mouches? Merci beaucoup.)


(1) Expression piquée sans vergogne chez Raych, je l'avoue!


Jules le lisait en même temps que moi, j'ai hâte de connaître son avis!  Lucie, quant à elle, l'avait lu dès sa sortie.


La Chorale du Diable de Martin Michaud, 2011, 502 p.
Merci aux éditions Goélette pour l'envoi.

14 commentaires:

  1. Le titre me plait déjà bien mais je sais que je vais avoir un mal fou à le trouver ici (sans compter le fait que je n'ai pas lu son premier roman) !

    RépondreEffacer
  2. J'ai très envie de le lire ! J'avais bien aimé le premier. Je suis contente de voir que cette 2e enquête t'a plu aussi.

    RépondreEffacer
  3. Malgré quelques petits défauts, je n'avais pas détesté son premier. Je vais sûrement lire cette deuxième enquête histoire de voir comment va Lessard ;-)

    RépondreEffacer
  4. Joëlle: Le premier roman se vend en Europe sous le titre Les Âmes traquées; je l'ai vu notamment sur Amazone. D'ailleurs je me demande pourquoi l'éditeur a changé le titre, l'original était plus sympa!

    Marguerite, Suzanne: J'espère que cette deuxième enquête vous plaira!

    RépondreEffacer
  5. Difficile d'être parfait, parfois ils ne font pas assez confiance au lecteur, et d'autre fois c'est le contraire !

    RépondreEffacer
  6. Coralie: Tu as raison! Des fois en terminant un bouquin on se gratte le coco en se demandant où l'auteur a bien voulu en venir...

    RépondreEffacer
  7. Quand l'histoire est trop compliquée, je suis perdu. Comme avec Yoco Tsuno, ( BD fantastique ) la BD la plus compliquée que j'ai lu !

    RépondreEffacer
  8. Ouf! il faudra être patiente... je colle au milieu et les mouches me répugnent!!! :) As-tu lu Les fourmis de Weber? hihihi

    RépondreEffacer
  9. Coralie: Pour Yoko Tsuno, il faudrait peut-être relire l'album précédent pour mieux comprendre...

    Jules: Hihi Les Fourmis! Oui je l'ai déjà lu heureusement. Je pourrais peut-être relire le passage de l'araignée Shelob dans Le Seigneur des anneaux, ou encore La Métamorphose de Kafka...

    C'est vrai qu'au milieu il y a des longueurs, mais je t'encourage à continuer car l'action va reprendre!

    RépondreEffacer
  10. Non, on peux les lire des le désordre, du moment qu'on a lu le premier livre. Dans celui là, c'est un truc d'échange d'âme. Une fille (1) qui reprend sont âme d'une autre fille (2) sans rien lui donner mais sans réussir à enlever la sienne.Donc la fille 2 sait ce que l'autre va faire. Mais en plus compliqué.

    RépondreEffacer
  11. Coralie: J'ai mal à la tête juste d'essayer de comprendre cette phrase!
    ;-)

    RépondreEffacer
  12. Et tu n'as encore rien vue !

    RépondreEffacer
  13. Je viens de lire «La chorale» et je suis assez d'accord avec tes commentaires. Dans l'ensemble j'ai aimé et j'ai été très captivée -- mais contrairement à toi j'ai décroché vers la fin. Je trouve que le dernier tiers est un vrai méli-mélo avec des longueurs et encore plus de répétitions que dans le reste du roman. On dirait qu'il n'y arrivait pas à dénouer son intrigue et que lui-même la trouve si compliquée qu'il ne s'y retrouve pas...

    RépondreEffacer
  14. Vieux-Chagrin: Comme ça fait un an que je l'ai lu et que j'ai une mémoire en fromage suisse, je ne me souviens pas trop de la fin, mais il me semble que j'avais été plutôt passionnée, assez en tous cas pour que mon «éditrice intérieure» se taise et que je ne remarque plus les petits défauts!

    RépondreEffacer