09 juin 2011

Lord of the Flies (Sa Majesté des mouches)

Photobucket Encore une fois, j'ai choisi d'illustrer ce billet avec une image autre que celle de la page couverture de l'édition que j'avais en ma possession. Cette fois, cependant, ce n'est pas parce que cette couverture brillait par son absence, mais plutôt au contraire parce qu'elle était trop présente! Les éditions Faber & Faber ont en effet choisi d'illustrer leur version format poche d'une aquarelle représentant une tête de cochon fichée sur un pieu, avec du sang coulant de la bouche et d'un oeil.  Il y a une excellente raison pour ce choix, ceux qui ont lu ce bouquin en savent quelque chose, mais tomber sur cette image sur le coin de la table de chevet en ouvrant les yeux tous les matins, c'était trop pour ma petite nature; j'ai donc recouvert le volume d'une feuille blanche, et laissé mon moteur de recherche me trouver une image plus plaisante (et tout aussi représentative du roman) pour agrémenter ces lieux. 

Lorsque leur avion s'écrase sur une île déserte, un groupe d'enfants anglais tentent non seulement de subvenir à leurs besoins primaires, mais aussi d'établir certaines règles pour reproduire autant que possible la vie structurée à laquelle ils sont habitués.  Sans vouloir entrer dans une analyse trop poussée, on peut discerner facilement que ce roman est bâti sur une série d'oppositions, de conflits:  civilisation/sauvagerie, démocratie/tyrannie, raison/superstition, ordre/chaos... Chacun des personnages principaux représentant une facette de la nature humaine (intelligence, leadership, barbarie, peur, etc), les tensions montent de plus en plus, jusqu'à l'éclatement. 

J'ai classé ce roman sous l'étiquette «littérature jeunesse», car je sais qu'il est couramment étudié dans les écoles anglaises et américaines.  Même si je ne le recommanderais  pas à des enfants de moins de 14-15 ans, car il y a plusieurs scènes très violentes, je pense qu'il doit être passionnant à décortiquer dans le cadre d'un cours.  En tous cas, j'aurais bien aimé qu'on nous fasse lire de telles oeuvres, plutôt que La Mare au Diable de Georges Sand (sous forme d'extraits, en plus), ou encore Le Torrent d'Anne Hébert (malgré tout le respect que je lui dois, ce livre-là a failli me fâcher pour toujours avec cette grande dame de la littérature québécoise!).  

Avec une vision aussi pessimiste de l'être humain, il ne devait pas être très jojo, ce Golding!  Un excellent roman, mais peut-être pas le meilleur choix pour ceux qui cherchent une lecture légère pour la plage cet été... 

Les avis divergents de Lilly, d'Allie, de Karine, d'Erzébeth.

Lord of the Flies de William Golding, 1954, 225 p.  Titre de la version française: Sa Majesté des mouches. 

18 commentaires:

  1. Je pensais que je l'avais lu mais je ne crois pas !!! Je note car c'est tout à fait mon genre de lecture et puis, c'est devenu un classique !

    RépondreEffacer
  2. C'est amusant, ton édition de Lord of the flies est la même que la mienne (pas celle illustrée ici, hein).
    Mais peu importe car de toute façon, quelle que soit sa couverture, ce bouquin est épatant. Qui a dit que les enfants étaient innocents ? ;-)

    RépondreEffacer
  3. Hum... pas pour moi! Mais en ton honneur, je vais aussi me plonger dans La Chorale du diable! Bonne lecture! J'ai hâte de voir nos billets...

    RépondreEffacer
  4. Joëlle: C'est effectivement un classique auquel il est souvent fait référence dans d'autres oeuvres. Je pense que ça devrait te plaire!

    InColdBlog: J'imagine que tu as le coeur mieux accroché que moi et que tu n'as pas eu à recouvrir la couverture! ;-)

    Jules: En effet, connaissant un peu tes goûts, je pense que tu n'aimerais pas...
    Chouette, une lecture commune spontanée! ;-)

    RépondreEffacer
  5. et toi? Aimes-tu toutes ces mouches? :)

    RépondreEffacer
  6. Jules: La coïncidence est assez troublante! ;-)

    RépondreEffacer
  7. Il en s'passe des choses ! j'en compte 12 !
    ( raison/superstition, leadership, barbarie )
    Ils sont bien occupés !

    RépondreEffacer
  8. Coralie: Il s'en passe encore plus que ça car ils doivent d'abord se trouver à manger, construire des abris, explorer l'île, etc!

    RépondreEffacer
  9. Ils sont presque plus occupé que moi ! ( Sarcastique puisque j'ai passé ma journée Pédagogique à ne rien faire )

    RépondreEffacer
  10. Coralie: C'est vrai que ça fait du bien de temps en temps, une journée de flânage!

    RépondreEffacer
  11. Ce que j'ai pu détester ce roman... C'est drôle, quand je l'ai lu, c'était moyen comme avis et avec les années, je garde pourtant un souvenir de lecture assez négatif.

    RépondreEffacer
  12. Allie: Ce livre provoque vraiment des réactions diamétralement opposées!

    RépondreEffacer
  13. Un classique mais que je ne pense pas avoir lu mais je comprends bien pourquoi il fait un bon livre pour des ados... :-)

    RépondreEffacer
  14. Yueyin: Oui, comme je le dis dans mon billet, j'aurais bien aimé qu'on me fasse lire ce genre de romans à l'école... Pas trop jeune, cependant!

    RépondreEffacer
  15. Depuis de nombreuses années je me dis qu'il faut que je le lise !!!

    RépondreEffacer
  16. Constance: Il a été sur ma LAL pendant des années, mais j'hésitais... Quand j'ai eu l'occasion de l'acheter pour une bouchée de pain, je me suis dit que le destin avait parlé! Et je ne le regrette pas!

    RépondreEffacer
  17. Je veux désespéremément lire ce livre, surtout que mon ancien prof de Francais nous en a dit beaucoup de bien, et que j'ai beaucoup apprécié l'extrait que j'ai ou en anglais, la seule difficulté, c'est que je le trouve pas ^^... Mais dès que je l'attrape, il ne fera pas long feu ^^ !

    RépondreEffacer
  18. Lilmoliku: éje l'ai eu sur ma LAL pendant des années, puis finalement je l'ai trouvé en bouquinerie tout à fait par hasard! J'espère que la même chose t'arrivera (sans avoir à attendre des années!)

    RépondreEffacer