01 janvier 2008

La Vierge froide et autres racontars

La Vierge froide et autres racontars, de Jorn Riel, traduit du danois, publié chez 10/18 en 1993. 158 p. La version originale, Den Kolde jomfru og andre skroner, date de 1974.


Ça s'annonçait plutôt mal! Le premier chapitre, j'ai détesté! Je ne sais pas vous, mais moi des chasseurs groenlandais qui s'expriment en argot parisien, je ne suis pas capable. Je comprends bien qu'on veuille ainsi traduire un niveau de langage populacier ou vulgaire, mais ça me fait décrocher à tout coup. Si ce livre n'avait pas été notre sélection pour le club de lecture, et s'il n'avait pas été si court, je l'aurais lâché là.

Heureuse surprise, le deuxième chapitre est déjà beaucoup mieux! On semble avoir abandonné l'argot pour un registre plus neutre. En plus, ce ne sont pas vraiment des nouvelles (un genre que je trouve souvent frustrant) comme je le croyais au départ, puisque les mêmes personnages reviennent d'une histoire à l'autre. Je continue ma lecture, je souris, je continue, je ris franchement! C'est gagné!

«Bizarre autant qu'étrange, me dis-je, on dirait que ce livre a été traduit par deux personnes différentes!» Je jette un coup d'oeil sur la page titre, et effectivement il y a bel et bien deux traducteurs! Je mettrais ma main au feu que l'un des traducteurs a traduit le premier chapitre et l'autre à peu près tout le reste.

Finalement, quel délice que les aventures de ces chasseurs disséminés sur la côte du Groenland, vivant deux par deux dans des cabanes isolées, dans un monde où les femmes ne sont présentes qu'en fantasme! La solitude, le froid et l'alcool les a rendus un peu zinzins, pour notre plus grand plaisir!

Contrairement à ce qui s'est passé lors de ma lecture scandinave précédente, Le Lièvre de Vatanen d'Arto Paasilinna, dont j'avais beaucoup aimé le début mais avais décroché par la suite, ici, après un début des plus difficiles, en bout de compte j'ai vraiment bien aimé!!

Pour voir les billets de mes consoeurs du club de lecture, voyez (d'ici quelques jours, hein, laissons leur le temps de se remettre du Réveillon!) les liens chez Sylire ou chez Lisa.

Voici aussi les avis de Chimère et de Coeur de Chêne du Biblioblog.


*****


Et nous connaissons maintenant le résultat du vote pour la prochaine lecture du Club des blogueuses, une sélection qui se faisait sous le thème de la biographie. Il s'agit de Je, François Villon, de Jean Teulé. À lire pour le 1er mars!

16 commentaires:

  1. Je n'avais pas remarqué ces différences de traduction. Comme quoi, chaque lecture est différente. Ravie que tu aies aimé.

    RépondreEffacer
  2. Même remarque que Sylire : je n'ai pas ressenti de différences dans les traductions.

    RépondreEffacer
  3. Je n'avais pas remarqué non plus... mais je vais aller fouiner dans mon recueil pour tenter de remarquer! comme toi, la première nouvelle est celle que j'ai le moins aimée dans le recueil mais ensuite, j'ai embarqué tout de suite!

    RépondreEffacer
  4. Je suis peut-être trop sensible aux traductions trop «locales»... Dans les films aussi ça m'énerve au plus au point quand un cowboy du Far West ou un gangster de Chicago parle en argot, genre «alors, mec, t'as les chochottes?»; un joual trop québécois me fait tout aussi grincer des dents, d'ailleurs! C'est une des raisons pour lesquelles je préfère toujours les versions originales -- dommage que je ne parle pas le danois! ;-)

    RépondreEffacer
  5. >des chasseurs groenlandais qui >s'expriment en argot parisien,
    >je ne suis pas capable
    Vraiment trop drôles ;-)))

    RépondreEffacer
  6. Que ça soit l'un ou l'autre des traducteurs, je n'ai pas réussi à rentrer dans l'univers de l'auteur. J'avoue que j'ai toujours un peu de mal avec les nouvelles...c'est peut-être à cause de ça!!!
    Meilleurs voeux pour 2008.

    RépondreEffacer
  7. Tout comme toi j'ai trouvé le début un tantinet long, mais après je me suis laissée embarquer dans cette folle aventure groenlandaise !! ;-)

    RépondreEffacer
  8. Je note le prochain titre de lecture du club, merci ... Super en plus, je l'ai dans ma PAL ce roman !!!! Bonne journée ! Bises

    RépondreEffacer
  9. Bonne année du rat, Gros minou !
    http://tietie007.over-blog.com

    RépondreEffacer
  10. Même si la magie n'a pas totalement opéré pour moi, j'ai également ressenti un espèce de crescendo, puisque ce sont les derniers racontars qui ont trouvé grâce à mes yeux.

    RépondreEffacer
  11. Mes connaissances de la langue anglaises ne sont pas assez "pointues" pour avoir vu les nuances de traduction, même si effectivement, j'ai du persévérer dans ma lecture, mon plaisir allant crescendo. Et j'ai bien fait, ce fut pour moi une très belle lecture.

    RépondreEffacer
  12. Pour moi qui suis un lecteur basique, les traductions en français des bouquins de Jørn Riel me contente… Cette ambiance de joyeux gaillards isolés me parle bien. Je comprends que l'on ne rentre pas dans ces nouvelles où se côtoient des personnalités différentes obligées de cohabiter et de se supporter… Pour ma part, c'est du vécu.

    J'ai apprécié Curé d'enfer, Le Roi Oscar (avec l'histoire de l'ours…), Safari arctique ou encore la maison des célibataires… Cette veine un peu paysanne et directe a un aspect rafraîchissant dans tous les sens du mot pour le coup…!

    Avez-vous lu La faille qui se passe en Nouvelle Guinée… Dans un autre registre.

    RépondreEffacer
  13. Comme beaucoup, j'ai eu quelques difficultés au départ à entrer dans l'univers de ces trappeurs. Et finalement, je me suis laissée embarquée !

    RépondreEffacer
  14. J'ai moyennement accroché...
    Bonne année !

    RépondreEffacer
  15. Je n'avais rien remarqué au sujet de cette différence de traduction ! Mais la première histoire n'est pas ma favorite non plus !

    RépondreEffacer