16 octobre 2008

Une Histoire de la lecture



Au Xe siècle, par exemple, le grand vizir de Perse,
Abdul Kassem Isma'il, afin de ne pas se séparer durant ses voyages de sa collection de cent dix-sept mille volumes, faisait transporter ceux-ci par une caravane de quatre cents chameaux entraînés à marcher en ordre alphabétique.


C'est ce genre d'anecdotes savoureuses qu'on retrouve à toutes les pages de ce formidable essai. Plus qu'une Histoire, il s'agit en fait d'un rassemblement de faits, de réflexions et de souvenirs sur la lecture, classés non par ordre chronologique mais par thèmes (l'apprentissage de la lecture, la forme du livre, etc). Certains chapitres sont un peu plus hermétiques et demandent de la concentration (Métaphores de la lecture: le monde est un livre, le livre est un monde, un auteur est un lecteur, un lecteur est un auteur...) mais en général cela se lit comme un roman, et avec le plaisir immense d'être inclus dans une confrérie datant de plusieurs millénaires, en compagnie de Ptolémée, fondateur de la bibliothèque d'Alexandrie, de Colette, de Saint Augustin, de Dickens et de millions de lecteurs à travers les âges.

Saviez-vous par exemple qu'anciennement il était plus courant de lire à haute voix, même lorsqu'on lisait pour soi-même? Lire «dans sa tête» demandait un effort, et ce n'est qu'au cours des siècles que cette habileté, qui fait appel à une partie différente du cerveau, se développa.

Pour quelqu'un dont l'activité préférée est lire, lire un livre sur la lecture est un plaisir doublé. Et lorsqu'en plus l'objet lui-même est magnifique, avec ce format allongé typique aux éditions Actes Sud et cette superbe couverture, hé bien! c'est le bonheur total.

Comme j'ai beaucoup râlé sur les traductions ces derniers temps (notamment ici et ), je m'en voudrais de passer sous silence celle-ci, excellente, de Christine Le Boeuf, traductrice également de Paul Auster et de Siri Hustvedt. Il y a d'ailleurs un intéressant chapitre sur la traduction. Donc on lit un livre sur la lecture, et Mme Le Boeuf a traduit un chapitre sur la traduction. Tout est dans tout (bien prononcer avec l'accent québécois). Paradoxalement, Manguel nous y donne le goût d'apprendre l'allemand pour pouvoir apprécier la traduction de Rainer Maria Rilke des sonnets de Louise Labé, une poétesse française du XVIe siècle.

Selon Manguel, un traducteur de talent peut aller jusqu'à enrichir l'original, lui donner plus de profondeurs. À titre d'exemple, il nous raconte les l'histoire des traductions successives de la Bible (sûrement le livre le plus traduit au monde!) pour démontrer comment un texte peut être appauvri ou élevé au rang de chef d'oeuvre. Ainsi, dans la version anglaise dite «des évêques», le psaume XXIII donne une impression un peu balourde:

God is my sheperd, therefore I can lose nothing;
He will cause me to repose myself in pastures full of grass,
and he will lead me unto calm waters.

Alors que celle, subséquente, dite «du roi Jacques» est un vrai poème:


The Lord is my Sheperd; I shall not want.
He maketh me to lie down in green pastures;
He leadeth me beside the still waters.


Synchronicité, alors que je viens d'apporter ma modeste et maladroite contribution à la Banned Books Week (ici et ), on retrouve un chapitre poignant sur les Lectures interdites: autodafés, censure, esclaves noirs apprenant à lire en cachette... Ces derniers ont parfois payé de leur vie leur désir de faire partie de la confrérie des lecteurs.



L'avis de Louis, celui de Cuné.


Une Histoire de la lecture d'Alberto Manguel, publié chez Actes Sud/Leméac en 1998. 428 p incluant les notes, index, etc. La version originale en anglais, A History of Reading date de 1996. (Comme l'auteur est citoyen canadien depuis 20 ans, je classe ce bouquin dans la catégorie Canada, mais notons qu'il est né en Argentine et a vécu en Italie, en France, en Angleterre et à Tahiti avant de s'établir ici.)

17 commentaires:

  1. Je l'ai justement vu en librairie cette semaine! Inutile de te dire qu'il me tentait beaucoup!!! Et là, il me tente encore plus!!!

    RépondreSupprimer
  2. Tu m'as convaincue! Je vais essayer de le trouver à la bibliothèque!

    Merci de la suggestion! :)

    RépondreSupprimer
  3. Ton billet est très intéressant, comme doit l'être ce livre, d'ailleurs. Je l'avais déjà repéré chez Cuné. Il me reste à le noter pour le trouver (à la biblio ou en librairie).
    Pour ce qui est de la traduction, je lis en ce moment-même "la nuit de l'oracle" de Paul Auster et je me régale avec la traduction de Christine Le Boeuf. Tu as raison de souligner à quel point c'est important !

    RépondreSupprimer
  4. Merci pour ce très bel avis et je ne te cache pas que je vais me procurer ce livre dans le plus brer délai.

    RépondreSupprimer
  5. Suzanne, Karine, Jessica: n'hésitez pas à vous le procurer, et bonne lecture! D'ailleurs, si je le vois en librairie de seconde main, je vais peut-être me l'acheter, c'est le genre de livre dont on aime relire des passages à l'occasion!

    Sylire: Je crois bien que c'est chez Cuné que je l'avais reperé moi aussi. Je viens de commencer Oracle Night moi aussi (mais en anglais) pour le blogoclub, car j'ai déjà lu Brooklyn Follies; nous pourrons comparer nos impressions, chouette!

    RépondreSupprimer
  6. Cet essai sur la lecture est un vrai plaisir à lire. Beaucoup de découvertes en perspective... Il est tellement intéressant que je l'ai prêté (et qu'on ne me l'a jamais rendu) :)

    RépondreSupprimer
  7. Je l'ai acheté récemment après être tombée dessus par hasard. Mais j'en ai lu et entendu beaucoup d'excellentes critiques.

    RépondreSupprimer
  8. Ah j'attendais ton billet sur ce livre depuis quelque temps et je ne suis pas déçue, tu fais bien passer ton enthousiasme !
    Je l'ai lu bien sûr et par manque de temps n'ai pu le relire mais un jour ... ; il est dans ma liste coups de coeur perso - incontournable-à lire.
    J'ai lu aussi du même auteur "Une bibliothèque la nuit et c'est aussi passionnant ... et à lire absolument.

    RépondreSupprimer
  9. Keisha, j'ai mis Une Bibliothèque la nuit sur ma LAL après que Louis de Citadelle des livres m'en ait parlé... Je vais sûrement le lire, peut-être pas dans les prochaines semaines car j'aime bien varier les genres, mais je vais le lire, c'est garanti!

    Julien, si je me décide à l'acheter, je serai sûrement tentée de le prêter pour le faire découvrir à mes amis, mais j'espère bien qu'on me le rendra!

    Sophie, j'espère que tu vas aimer autant que moi, bonne lecture!

    RépondreSupprimer
  10. J'ai déjà lu Brooklyn Follies moi aussi :-)

    RépondreSupprimer
  11. Sylire, oui, je crois que c'est suite à ta suggestion que j'avais abordé Auster avec ce roman-là en premier! Merci encore!

    RépondreSupprimer
  12. Comme toi, il est sur ma pal depuis que Louis en a parlé !

    RépondreSupprimer
  13. Il est dans ma PAL depuis ... hou ... longtemps ! mdr ! J'avais un peu peur de lui trouver un côté hermétique mais tu me rassures :) J'adore les livres qui parlent de la lecture mais j'aime qu'ils soient légers ;)

    RépondreSupprimer
  14. Joëlle, ça se lit vraiment bien, je suis sûre que tu vas aimer!

    RépondreSupprimer
  15. Holàlà... Il me le faut !!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est un incontournable pour qui aime les «livres sur les livres»!

      Supprimer