10 septembre 2014

Le Syndrome de la vis

Tous les insomniaques du monde ont sans doute leur propre métaphore de l'insomnie. Pour plusieurs c'est un hamster qui court dans sa roue pendant des heures. Pour moi c'est un petit hobbit qui tourne en rond dans ma tête encore et encore.  Pour l'amateur de science-fiction, ce pourrait être Marvin le robot qui passa un million d'années dans un marais à pivoter sur sa jambe défectueuse, ou encore le joggeur de 2001 l'odyssée de l'espace dans son vaisseau circulaire (avec ou sans Danube bleu).

Pour la narratrice du Syndrome de la vis de Marie-Renée Lavoie, vous l'aurez deviné, c'est une vis sans fin, qui déchiquète les pensées et les rend incohérentes. Ça illustre parfaitement notre état d'esprit après plusieurs mauvaises nuits.

Heureusement pour moi, mon insomnie n'est qu'occasionnelle et de courte durée.  Pour Josée Gingras, au nom qui «sort de la bouche comme des mots d'hiver empesés qu'on prononce, le menton paralysé par le froid», le problème est chronique et remonte à sa plus tendre enfance.  Je compatis.  Contrairement à son petit ami qui, excédé, lui affirme qu'elle n'a qu'à penser à rien et à se relaxer.  Le con.  Gropitou ne se risquerait jamais à ce genre de commentaire (même s'il s'endort toujours en trois nanosecondes, maximum), il sait parfaitement qu'il se mériterait une bonne claque en arrière de la tête.

En plus de l'insomnie, il est beaucoup question de deuil, de santé mentale.  Et malgré ces graves sujets, on rigole tout le long grâce à une plume légère et à un humour à toute épreuve, grâce aussi aux personnages secondaires qui entourent la narratrice qui de leur amour maternel ou fraternel, qui de leur amitié.

Quelle belle découverte que cette nouvelle auteure! Je me découvre beaucoup d'atomes crochus avec elle; nous avons les mêmes références culturelles (allant de Cyrano de Bergerac à Star Wars en passant par Roméo et Juliette), rions des mêmes choses, sommes à peu près de la même génération (j'ai neuf ans de plus).  La bonne nouvelle, c'est qu'elle a déjà publié deux autres romans, qu'il me tarde déjà de lire.


(Note à l'éditeur: la version numérique a un défaut: la note manuscrite que l'héroïne griffonne dans la salle d'attente du médecin se retrouve à la toute fin du livre.)


Le Syndrome de la vis de Marie-Renée Lavoie, 2012, 210 p. 

http://moncoinlecture.com/2014/08/quebec-en-septembre-2014-ouverture-depot-billets/

8 commentaires:

  1. Je suis ravie que ça t'ait plu! J'ai adoré les références, moi aussi!

    RépondreEffacer
    Réponses
    1. J'ai bien ri quand elle corrige les travaux de ses élèves sur Cyrano, j'aurais même pris plus d'extraits!

      Effacer
  2. Réponses
    1. Si tu peux mettre la main dessus de ton côté de l'Atlantique, je te le recommande!

      Effacer
  3. Je suis jalouse, j'envie que tu viennes de la découvrir. Des heures de plaisir de lectures t'attendent. Bonheur assuré.

    RépondreEffacer
    Réponses
    1. Je n'attendrai sûrement jusqu'au prochain Québec en septembre pour passer à l'action!

      Effacer
  4. Je ne connais ni l'ouvrage ni l'auteur mais au vu de ce qui en est dit j'ai envie de la découvrir? Je note sur mon petit carnet.
    Bonnes lectures

    RépondreEffacer
    Réponses
    1. J'espère qu'il te plaira autant qu'à moi!

      Effacer