24 avril 2019

L'Art français de la guerre

Livre trouvé dans une «boîte à livres» par ma mère...  Elle a eu la main heureuse car je l'ai beaucoup aimé! Dire que j'ai failli ne pas le prendre lorsqu'elle a offert de me le prêter avant même de l'avoir lu elle-même; j’essaie de faire diminuer ma PAL, non de l'augmenter avec une grosse brique au titre bizarre et dont je n'ai jamais entendu parler!

Le roman est constitué d'une alternance de chapitres historiques se déroulant durant les trois guerres auxquelles la France a participé durant les années 40 à 60 (Deuxième Guerre mondiale, Indochine, Algérie) et de chapitres racontés à la première personne par le narrateur et qui se passent de nos jours.  L'idée étant de voir comment l'usage grandissant de la force par les Français a causé des traumatismes qui se répercutent jusqu'à aujourd'hui dans la société.

La plume de Jenni est absolument magnifique, son style très travaillé, son vocabulaire recherché.  Cela pourrait même paraître pédant à certains, moi cela m'a beaucoup plu.  Le seul petit défaut, qui a empêché ce livre de se voir décerner le titre de coup de coeur, c'est le côté un peu prêchi-prêcha des parties contemporaines.  Même si je suis d'accord avec la plupart des idées (sur le racisme et l’extrémisme, sur le pouvoir salvateur de l'art et le pouvoir unificateur de la langue), j'ai trouvé le ton parfois un peu moralisateur et ces passages m'ont semblé un peu long.  Je préférais nettement les chapitres historiques et j'avais toujours hâte d'y revenir.

Petit détail amusant, chaque chapitre porte un titre intrigant, qui nous donne envie de nous y plonger: «Monter au maquis en avril», «L'arrivée juste à temps du convoi des zouaves portés», etc.

Bref, un roman qui n'est pas parfait mais une lecture marquante, certainement ma meilleure de l'année jusqu'à maintenant (il faut préciser toutefois que le premier trimestre de 2019 a été un peu bof, livresquement parlant!)


L'Art français de la guerre d'Alexis Jenni, 2011, 633 p.