09 octobre 2019

At Home: A Short History of Private Life (Une histoire du monde sans sortir de chez moi)

Sous prétexte de nous faire visiter pièce par pièce sa maison, un ancien presbytère situé dans la campagne anglaise, l'Américain Bill Bryson dresse un panorama de l'évolution de la vie domestique en Occident, de la préhistoire à nos jours, avec une certaine emphase sur l’Angleterre et sur le XIXe siècle, période durant laquelle la vie quotidienne des humains a connu selon lui les plus grands bouleversements: électricité, téléphone, trains et bateaux à vapeur, usines, télégraphe, etc.

Si j'ai trouvé que Bryson s'éloignait parfois de son sujet (notamment dans d'assez longs passages sur la construction de la tour Eiffel ou du Crystal Palace à Londres), j'ai vraiment beaucoup aimé cet amoncellement d'informations sur des thèmes aussi divers que le mobilier, l'enfance, les épices et condiments, l'hygiène, les infestations et les épidémies, les matériaux de construction et bien d'autres encore.  Surtout que l'ensemble est présenté avec humour (et aussi avec émotion dans certaines parties poignantes) par cet excellent vulgarisateur.

Voilà un bouquin que je vais conserver dans ma bibliothèque pour références futures.  On ne sait jamais, je pourrais un jour avoir besoin de savoir qui a inventé la toilette à chasse d'eau telle qu'on la connaît aujourd'hui!


At Home: A Short History of Private Life de Bill Bryson, 2011, 577 p.  Titre de la traduction française: Une Histoire du monde sans sortir de chez moi.

25 septembre 2019

Des Cendres sur la glace

Aujourd'hui je vous parle d'un roman de Georges Lafontaine, Des cendres sur la glace.  Si vous pensez «kisséssa, Georges Lafontaine?», sachez que je me posais la même question il n'y a pas si longtemps.  Cette lecture est en fait le résultat d'un défi que m'a lancé un participant du forum du Guide de la bonne lecture:  je m'engageais à lire un de ses livres préférés en 2019, lui s'engageait à lire mon livre fétiche, celui de nous deux qui ne remplirait pas sa part du marché devrait manger un citron!  Et comme un de mes buts dans la vie est de faire lire Cyrano de Bergerac au plus de monde possible, je ne pouvais qu'accepter!

Ce jeune participant avait déjà plusieurs fois tenté de me convaincre de lire ce roman, mais comme je n'en avais jamais entendu parler, je n'étais pas attirée plus que cela.  D'ailleurs, je ne sais pourquoi, je croyais qu'il avait été écrit au milieu du XXe siècle, peut-être à cause du prénom un peu vieillot de l'auteur?  Mais non, il date de 2005.

J'ai eu quelques sueurs froides dans les premières pages.  L'écriture est un peu maladroite, les motivations des personnages sont soulignées à gros traits, rien n'est laissé à l'interprétation du lecteur.  J'ai aussi relevé quelques répétitions, des événements qui nous sont annoncés rapidement pour être repris plus en détails plusieurs chapitres plus loin, ce qui est un peu lassant.  Certains aspects de l'intrigue sont aussi un peu tirés par les cheveux.

J'aime le citron, mais pas au point de vouloir en avaler tout un... Alors j'ai continué malgré les quelques défauts relevés.  Et finalement je suis plutôt contente puisque je me suis prise d'intérêt pour le périple improbable de ce vieux bonhomme qui entreprend de descendre le fleuve Saint-Laurent en canot pour rapporter les cendres de sa femme à Terre-Neuve, dont elle est originaire.  Ce personnage est très attachant, il m'a fait penser au Santiago du Vieil Homme et la mer d'Hemingway ou aux vieux épris de liberté d'Il pleuvait des oiseaux de Jocelyne Saucier (tiens, c'est d'actualité, le film qui en est tiré sort ces jours-ci!).

Bref, sans être un coup de cœur, une lecture tout de même sympathique (et qui m'a de plus permis d'étrenner ma nouvelle liseuse!)


Des Cendres sur la glace de Georges Lafontaine, 2005, 385 p.

09 septembre 2019

La Religieuse

Un premier contact avec Diderot.  Première constatation: pour un auteur du XVIIIe siècle, il se lit étonnamment facilement!  Le style n'est pas du tout désuet et les quelques tournures de phrases un peu vieillottes ne font qu'ajouter à son charme.  Cette histoire d'une jeune fille cloîtrée contre son gré est une critique acerbe de la société, de la religion et plus particulièrement de l'Église.

Quelques points négatifs: vers le milieu, j'ai trouvé que l'intrigue tournait un peu en rond (elle tente de renier ses vœux, échoue, on lui fait subir toutes sortes de sévices, elle tombe malade, se rétablit, tente de renier ses vœux, etc).  Quelques personnages sont à la limite de la caricature, surtout la méchante mère supérieure, peut-être parce qu'on les voit par les yeux de la narratrice et qu'on ne sait donc rien de leur passé ni de leurs motivations réelles. De plus, la fin est un peu bâclée, la jeune femme vit des tribulations qui sont évoquées en quelques paragraphes à peine.

J'ai tout de même bien aimé ce roman.  L'ambiance plutôt noire est allégée de temps en temps par les réflexions innocentes et naïves de la religieuse, surtout dans la deuxième moitié.  Un autre livre qui nous fait songer qu'il fait bon vivre au XXIe siècle, surtout pour une femme!


La Religieuse de Denis Diderot, 1796, 141 p. en version Epub (entre 200 et 380 p. selon les éditions en version papier).

03 septembre 2019

Drawing conclusions (Deux veuves pour un testament)

Quel crétin ce traducteur français!!!  Un énorme divulgâcheur en plein dans le titre! AAARRGGHH!!!

J'ai lu ce roman de Donna Leon en anglais, mais j'ai aperçu le titre français sur le site Bibliomania de Livraddict, dont je me sers pour la gestion de ma fluctuante PAL.  Bon, me dis-je, il sera question d'un testament et il y aura une deuxième veuve en plus de celle qu'on trouve morte dans le premier chapitre.  Sûrement qu' on apprendra cela assez rapidement... Mais non!  Ce n'est qu'au 3/4 du bouquin qu'il est pour la première fois question de ce fichu testament, et même là, ce n'est qu'une piste parmi plusieurs autres mobiles possibles!  Cela m'a tellement frustrée que j'ai éprouvé bien peu de plaisir durant cette lecture.

Il reste, comme dans les autres tomes que j'ai lus dans cette série, l'humour des dialogues et surtout la description de la vie quotidienne à Venise, au delà des descriptions touristiques.  Quant à l'intrigue policière, elle est d'un type assez classique et se déroule lentement, ce qui ne m'a pas déplu puisque je m'y attendais, mais je l'ai trouvée un peu moins bien ficelée que d'habitude, quelques pistes restant sans résolution.


Drawing conclusions de Donna Leon, 2011, 260 p.  Titre de la traduction française, à mon grand dam: Deux veuves pour un testament.

31 août 2019

Lisey's Story (Histoire de Lisey)

Alors, petit scoop, ce roman pourrait bien se retrouver dans mon top 3 de 2019!

J'ai cru comprendre que de nombreux lecteurs ont été déroutés car il est assez différent de la production habituelle de Stephen King.  Tout d'abord, il n'y a absolument rien de fantastique ou de surnaturel dans toute la première partie, alors ceux qui recherchent ce genre en exclusivité peuvent trouver  le temps longuet!  De plus, au lieu de bien décrire dès le début l'historique de ses personnages, il nous laisse les découvrir peu à peu, tant en ce qui a trait à leur enfance qu'aux événements marquants des quelque vingt-cinq années de vie commune du couple formé par Scott, un écrivain célébrissime (genre d'alter ego de King lui-même, de toute évidence) et sa femme Lisey.  Cette découverte se fait grâce à de nombreux retours en arrière, voire même à des «flashbacks dans les flashbacks», ce qui demande une certaine concentration si on ne veut pas perdre le fil!  Enfin, les deux protagonistes utilisent entre eux un vocabulaire inventé (comme, je pense, bien des couples ayant une certaine longévité!) provenant principalement de l'enfance de Scott et dont le sens ne nous est pas toujours dévoilé en détail.  Je sais que ce dernier point surtout en a rebuté plusieurs, en particulier ceux qui ont tenté de toujours y trouver des jeux de mots ou un sens caché, et peut-être encore plus ceux qui ont lu la traduction française.  Non, il faut accepter ces expressions telles quelles et continuer sans trop s'y attarder.

En plus d'une belle et touchante histoire d'amour, c'est un roman qui aborde les thèmes de la folie, de l'addiction, de la création, de la mémoire, du deuil et bien d'autres.  Mais avant tout c'est l'histoire d'un personnage courageux et attachant, une femme dans la cinquantaine (comme on en voit assez peu en littérature...) avec ses qualités et ses imperfections mais surtout une grande force de caractère.

Un livre que j'ai dévoré!


Lisey's Story de Stephen King, 2006, 513 p.  Titre de la traduction française: Histoire de Lisey

25 août 2019

L'Envers et l'endroit

Un petit recueil rassemblant plusieurs écrits de jeunesse d'Albert Camus.  Il a été publié dans la collection «Folio essais», mais je trouve que ce sont avant tout des récits autobiographiques, même si certains sont narrés à la troisième personne et que tous contiennent des réflexions sur des thèmes comme la vieillesse, la mort, la solitude, le voyage, la mère, etc.   

Le premier texte, L’Ironie,  n'est pas le plus réussi.  Le style m'a même semblé lourd par endroits, et je me disais que si c'était comme cela tout le long, je serais bien contente que le livre ne fasse qu'une centaine de pages!

Heureusement, cela s'améliore grandement par la suite.  J'ai particulièrement aimé le récit La Mort dans l'âme, où Camus raconte un séjour à Prague, puis en Italie.  Le contraste entre la froideur de la première et la lumière de la deuxième donne lieu à des descriptions d'une beauté à couper le souffle.

Une lecture fort intéressante, donc, quoique inégale.

(Décidément, août sera le mois des nobélisés!  Camus a effectivement reçu le prix en 1957.)


L'Envers et l'endroit d'Albert Camus, 1937 (la préface, signée par l'auteur, date de 1958), 119 p.

22 août 2019

Berezina

Quel énergumène ce Sylvain Tesson!  J'aime beaucoup lire ses aventures.  Ici, il voyage avec quatre copains tout aussi originaux (voire un peu zinzins), en side-cars brinquebalants, sur les traces de Napoléon Bonaparte en suivant le trajet adopté par la Grande Armée durant la désastreuse retraite de la campagne de Russie en 1812.  On alterne entre les deux époques, et entre la tragédie et la comédie.  Cela m'a un peu fait penser à Voyage d'un Européen à travers le XXe siècle de Geert Mak, la camaraderie, la vodka et les citations de Tolstoï en sus: la visite des lieux historiques permet non seulement de raconter les événements, mais d'en retrouver l'ambiance, presque les fantômes! De plus, c'est l'occasion de réfléchir sur des sujets comme la guerre, la patrie, le confort, le voyage et bien d'autres.

À lire si comme moi vous appréciez tout autant l'histoire du XIXe siècle que les récits de voyage. 


Berezina de Sylvain Tesson, 2015, 197 p.