22 novembre 2008

La Reine dans le palais des courants d'air

***Contient des spoilers***


Si le premier tome de cette série adoptait la forme du roman policier classique (qui est le meurtrier?) et le deuxième celle du thriller, ce dernier volume tient plus du roman d'espionnage et du roman judiciaire.

J'avoue avoir eu un peu plus de difficulté à entrer dans le tome 3 que dans les précédents (billets ici et ici). Dans la première moitié du bouquin, l'intrigue s'en va un peu dans toutes les directions, non? Les déboires d'Érika à son nouvel emploi, la réorganisation de la rédaction de Millénium, l'historique des différentes sections de la police secrète, plusieurs nouveaux personnages... Il y a aussi quelques absurdités dans l'intrigue. Par exemple, si deux suspects ont tenté de s'entretuer et que pour des raisons logistiques ils doivent être hospitalisés au même étage du même hôpital, la procédure policière logique ne serait-elle pas de poster un agent en uniforme dans le corridor?

Ce n'est qu'à partir du milieu, après quelques faux départs où on se dit qu'enfin l'action va commencer, que les choses se mettent en place. Mais cela vaut tout de même la peine de s'accrocher, car la fin est vraiment palpitante. Le procès à lui seul vaut le déplacement.

Quelle tristesse, l'auteur est décédé et nous n'aurons pas la suite des aventures de Lisbeth et Mikael! Car clairement l'écrivain avait l'intention de continuer puisqu'il a laissé des fils de l'intrigue dénoués (au sujet notamment de la soeur de Lisbeth). Et moi j'attends toujours l'explication de la mystérieuse tornade en mer (normalement les tornades ne se créent qu'au-dessus des terres) dont Lisbeth est témoin au début du deuxième tome. Je reste sur ma faim.


Aussi, quelqu'un peut m'expliquer le titre? Merci d'avance, ô lecteur plus intelligent que moi!


Les billets de quelques blogueurs (impossible de tous les mettre!): Karine, Catherine du Biblioblog, Florinette, Jules, Amanda, So,...


Millénium 3: La Reine dans le palais des courants d'air de Stieg Larsson, publié chez Actes Sud en 2007. 711 p. Titre de la version originale suédoise: Luftslottett som sprängdes.

12 commentaires:

  1. J'ai eu à peu près le même ressenti que toi sur les aspects positifs, je n'ai pas vraiment relevé les incohérences dont tu parles (honte à moi, emportée dans ma lecture).
    Mais quant au titre, je me pose exactement la même question et si quelqu'un te donne la réponse, je serais ravie de la connaitre aussi. :D

    RépondreSupprimer
  2. C'est vrai que c'est un petit peu plus fouillis que les précédents, mais l'on s'y retrouve très vite. Quant au titre, je ne sais plus si cette phrase figure dans le livre...sinon, je ne vois pas !

    RépondreSupprimer
  3. Hou la la, je n'ai lu que le début de ton billet et tu dis que tu as plus de mal avec ce tome qu'avec les 2 autres ... et moi qui me traine lamentablement sur le second ... qu'est-ce que ça va donner pour la suite ???

    RépondreSupprimer
  4. j'ai adoré cette trilogie que j'ai lue d'une traite. J'ai un peu faibli au début du troisième, mais à partie du procés, mon rythme est devenu palpitant, comme au début. J'ai eu beaucoup de plaisir à lire ces livres:)

    RépondreSupprimer
  5. Florinette, dans le tome 1 j'avais remarqué qu'il était question d'un palais des courants d'air en parlant d'une vieille bicoque sur l'île, mais je ne vois pas le rapport!

    Cécile, tant mieux, d'ailleurs la plupart des commentaires sont aussi élogieux pour le tome 3 que pour les autres.

    Joëlle, oui, j'ai pensé à toi en lisant le tome 3... Enfin, j'espère que tu accrocheras finalement!

    Sylvie, la scène du procès est vraiment bien!

    RépondreSupprimer
  6. Bof, je n'ai lu que le tome 1 ; il faut dire que les sérials killers de père en fils cela m'a gênée, et puis à la fin du tome 2 on m'a signalé le passage où Lisbeth trouve la solution du théorème de Fermat, j'ai lu ce passage, trop c'est trop ! ^_^

    RépondreSupprimer
  7. Keisha: Ben quoi, si Fermat l'a trouvé, quelqu'un d'autre le peut aussi non?
    Hihi! ;-)

    RépondreSupprimer
  8. Moi aussi, je veux la suite !!!

    RépondreSupprimer
  9. J'ai aussi relevé des longueurs au début mais n,empêche que j'ai littéralement dévoré ce tome! J'étais trop prise dans ma lecture.

    RépondreSupprimer
  10. Même ressenti que toi pour ce troisième tome... Et pas compris non plus le titre !

    RépondreSupprimer
  11. Pour ce qui est de la signification du titre, voilà ce qu'en dit Wikipédia :
    "Le titre en suédois signifie littéralement « Le château d'air qui explosait ». Luftslott (« château d'air ») est utilisé en suédois pour désigner une chimère, un rêve qui ne peut pas se réaliser."

    Ainsi, en français, La reine dans le palais des courants d'air signifie la reine dans le palais des chimères/rêves. Je vous laisse savourer la poésie du titre... ;)

    RépondreSupprimer
  12. Romain: merci, c'est très intéressant!

    RépondreSupprimer