01 septembre 2018

A Confederacy of Dunces (La Conjuration des imbéciles)

Il y a des lunes que je n'avais participé au Blogoclub!  Ces derniers temps, les thèmes ou les romans sélectionnés ne m'attiraient pas tant que ça, ou j'avais déjà lus ceux-ci, et je préférais participer aux lectures communes du forum du Guide de la bonne lecture, lectures dont j'étais d'ailleurs l'organisatrice et dont je trouvais la formule plus propice aux échanges.  Malheureusement ce forum est en train de mourir de sa belle mort... Snif!

Alors comme le thème cette session est l'humour américain et que je suis en pleine opération Diminution de PAL, j'ai pensé que l'occasion était bonne de renouer avec la bande de blogolectrices.  Après tout, A Confederacy of Dunces de John Kennedy Toole est reconnu comme étant un summum de la comédie américaine.

Malheureusement je suis un peu déçue. J'ai même failli abandonner après une cinquantaine de pages! Il y a bien des passages assez amusants et les dialogues sont assez réussis.  Et les quartiers de la Nouvelle-Orléans qu'on nous présente sont loin des clichés de carte postale habituels.  Mais les personnages sont tellement antipathiques qu'on a de la difficulté à s'intéresser vraiment aux péripéties farfelues qu'ils vivent.  Il n'y en a qu'un que j'ai trouvé sympathique, le concierge noir d'un bar de danseuses, mais malheureusement on ne le voit pas souvent.

Je crois que je ne suis tout simplement pas la bonne cliente pour ce genre d'humour.  J'apprécie généralement un humour un peu absurde (je suis par exemple une grande fan de Monty Python) mais ici il est poussé à l'extrême et surtout il est assaisonné d'une bonne dose de cynisme.  Et pour être honnête avec vous, je me demande un peu si le fait que l'auteur s'est suicidé et que c'est sa mère qui a fait publier le livre de façon posthume n'a pas un chouïa contribué à mousser sa renommée.

Par contre, j'aime bien la citation de Jonathan Swift placée en exergue et dont est tiré le titre: «When a true genius appears in the world, you may know him by this sign, that the dunces are all in confederacy against him.»

En passant, je serais curieuse de savoir comment ce livre a pu être traduit.  Il y a tellement de niveaux de langage (universitaires, noirs de la Nouvelle-Orléans, blancs de la classe ouvrière, etc) que ça me paraît une mission impossible.  Si vous l'avez lu en français, n'hésitez pas à me dire comment vous avez trouvé la traduction.

J'espère que les autres participantes du club auront eu plus de succès!


A Confederacy of Dunces de John Kennedy Toole, 1980, 394 p.  Titre de la traduction française: La Conjuration des imbéciles.

11 commentaires:

  1. J'ai failli choisir ce livre. La libraire me l'avait conseillé en me disant que c'était un livre culte, connu pour son humour. Je comptais le commander mais je crois que je vais m'abstenir.
    Merci pour ta participation et à bientôt !

    RépondreEffacer
    Réponses
    1. C'est effectivement un livre-culte, et je suis contente de l'avoir lu, ne serait-ce que pour ma culture personnelle. Mais j'en attendais plus, disons.

      PS Je ne sais pas si tu as lu mon courriel, je n'ai pas été capable de laisser un commentaire chez toi...

      Effacer
    2. Alors peut-être si je le rencontre en bibliothèque, tu as raison, pour la culture. Et pour voir comment les registres de langues sont traduits en français.
      (Je viens de répondre à ton courriel.)
      Bonne journée !

      Effacer
    3. Si tu le lis, je serai curieuse d'avoir ton avis sur la traduction.

      Effacer
  2. Je suis heureux de lire ton billet. J'avais tellement entendu parler de ce livre (en bien, voire même en cultissime) que j'ai fini par me laisser convaincre par un ami qui voulait absolument me le prêter.
    Il s'en est fallu de peu pour que je l'abandonne rapidement, mais comme je me sentais investi d'une sorte de "mission", je suis allé jusqu'au bout. Mais cet humour n'est vraiment pas ma tasse de thé et j'ai du mal à comprendre tout l'engouement autour de ce roman...

    RépondreEffacer
    Réponses
    1. Oui, c'est assez particulier, j'ai l'impression qu'on accroche à fond ou pas du tout, soit au genre d'humour ou, comme dans mon cas, à ce type de personnages.
      C'est un peu comme le cas (dans un genre différent) de The Catcher in the Rye (L’Attrape-cœurs) de Salinger, un autre roman culte qui m'a déçue.

      Effacer
  3. j'ai eu le même ressenti, je me suis imposé la lecture des 100 premières pages avant de le lâcher. Après, cela m'a posé moins de problèmes mais l'humour de l'auteur ne m'a pas plu, les personnages pas tellement... je ne comprends pas le culte pour ce livre...

    RépondreEffacer
    Réponses
    1. Certains points positifs m'ont encouragée à continuer, mais moi non plus je ne comprends pas le culte...

      Effacer
    2. PS Je suis peut-être cruche, je n'ai pas trouvé comment laisser un commentaire sur ton blogue...

      Effacer
  4. Il est dans ma PAL celui-là! J'ai la dernière édition en français j'ai 10/18. Je sais d'avance que je n'aimerais pas, mais... j'ai pas pu m'en empêcher! J'ai entendu dire que le personnage principale est tout bonnement horrible!

    Eh oui! le guide est presque mort, c'est horrible! Si Karine (le guide) pouvait me donner un nouveau mot de passe pour que je puisse revenir, ''m'en va te le réanimer c'te forum-là''!
    Et revenir pour de nouvelles lectures communes... que je ne ferai pas! On ne change pas les bonnes habitudes ;)

    RépondreEffacer
    Réponses
    1. Je vais laisser un mp à *Ça*, peut-être qu'elle pourra faire quelque chose. Mais honnêtement je pense que l'agonie est trop avancée...

      Pour ce qui est du livre, oui le personnage principal est vraiment antipathique. Je me demande vraiment comment ils ont pu traduire les dialogues, j'ai l'impression que ça doit être épouvantable.

      Effacer