11 mars 2019

L'Idiot

Et voilà, encore un défi annuel réussi! (Voir mon bilan annuel pour plus de détail...)  Malheureusement, contrairement à la plupart des années précédentes (Proust, Melville, Cervantès...), je n'y ai pas pris beaucoup de plaisir.

Il y a bien des années, j'étais resté sur ma faim avec Crime et châtiment. Je garde peu de souvenir de l'expérience si ce n'est que je n'avais éprouvé aucune sympathie pour les personnages.  Or, si j'ai pu donner une deuxième chance à Camus cet automne, pourquoi pas à Dostoïevski?

Il y a bien quelques passages amusants, quelques personnages sympathiques ou rigolos, tous bien typés (le fonctionnaire obséquieux, le vieux général alcoolique et mythomane, etc).  Mais l'intrigue est extrêmement tarabiscotée, il y a des sauts dans le temps où des événements importants se produisent mais ne nous sont ensuite révélés qu'au compte-gouttes, et on se perd dans la multitude de personnages (bien sûr, l'habitude de les désigner parfois par leur nom de famille, parfois par leur prénom et patronyme, comme Ivan Machinchouettovich, voire par leur surnom -- Kolia pour Nicolas, Ganya pour Gabriel -- ou leur titre honorifique n'aidait en rien la situation, mais la même difficulté se présente chez Tolstoï et ça ne m'a pas empêchée d'adorer Guerre et Paix).  

Mais le pire, c'est que bien souvent je ne pigeais rien aux réactions et aux motivations des personnages.  Alors je me suis demandé tout du long si je suis trop cornichonne, si c'est dû à des différences culturelles entre le Québec et la Russie ou à une mauvaise traduction...  Celle-ci est sûrement assez ancienne, puisque la version que j'ai téléchargée fait partie du domaine public (le nom du traducteur n'est pas mentionné puisque la couverture manque, remplacée par le portrait de l'auteur, et on n'a donc aucune précision sur l'édition numérisée).  Elle m'a pourtant semblé assez correcte, à part une fois ou deux où j'ai lu et relu en vain une phrase comprenant un double négatif, comme par exemple celle-ci: Il n'est pas douteux qu'il n'avait subi aucune contrainte -- selon vous, il a subi des contraintes ou pas?  Alors peut-être qu'il y a eu d'autres endroits où un certain flou, de façon imperceptible mais réelle, nuisait à la compréhension.  La seule façon de tirer l'affaire au clair serait de le relire dans une autre traduction, mais je n'ai pas ce courage!

Bref, une lecture frustrante et très longue.  Pas fâchée d'avoir terminé!


L'Idiot de Fedor Dostoïevski, 1868, env. 800-900 p. dépendant des éditions.

8 commentaires:

  1. Ah j'ai arrêté aux 2/3. Tu sais, Tolstoi est plus facile, question noms, en tout cas je trouve;

    RépondreEffacer
    Réponses
    1. J'avais eu tout de même un peu de difficulté avec les noms chez Tolstoï aussi, mais comme l'histoire est par ailleurs passionnante, on se fait vite une raison!

      Dommage tout de même que tu aies arrêté aux 2/3, la fin est la partie que j'ai le mieux aimée! ;-D

      Effacer
  2. Si les éditions Actes Sud ont investi dans une nouvelle traduction avec André Markowicz, c'est qu'il devait y avoir de gros problèmes. Je te déconseille de rester sur cette lecture sans retenter un Dosto traduit chez Actes Sud. De ce que j'ai lu, tout le monde salue le travail effectué. Avec un style comme celui de Dosto, la traduction doit beaucoup joué sur la perception du texte.
    C'est que mon avis, et j'hésite à relire cet auteur dans d'autres éditions.

    RépondreEffacer
    Réponses
    1. J'en prends bonne note, je n'ai pas abandonné l'idée de lire un jour Les Frères Karamazov. Mais pas bientôt, il faut d'abord que j'oublie les divulgâcheurs de Proust (c'est dans La Prisonnière, avis aux intéressés!)

      Effacer
  3. on est sûr qu'il n'a pas subi de contrainte

    pour le fossé culturel et les patronymes divers et variés, je me fais la même réflexion à propos du Thorarinsson que je lis en ce moment (c'est mon second et je n'avais déjà pas trop accroché)

    RépondreEffacer
    Réponses
    1. Ah oui, les scandinaves aussi ça peut ne pas être évident.

      Pour la phrase, c'est ce que quelqu'un d'autre m'a répondu également. Mais pourquoi employer une tournure aussi tarabiscotée pour dire quelque chose de simple?

      Effacer
  4. Ha mince. Bon moi j'ai déjà pas prévu de le lire alors là encore moins. ^^ Et je ne peux pas le lire en VO pour échapper à un éventuel problème de traduction...
    Moi aussi, je comprends qu'il n'a subi aucune contrainte, mais j'ai dû réfléchir. ;)
    (J'adore Ivan Machinchouettovich!!)

    RépondreEffacer
    Réponses
    1. Ah oui, ben savoir le russe ça serait l'idéal, mais c'est pas donné à tout le monde! :-D

      Effacer