24 janvier 2021

The Penelopiad (L'Odyssée de Pénélope)

Ce qui m'a frappée en commençant ce court roman de Margaret Atwood, une réécriture du mythe de l'Odyssée du point de vue de Pénélope, c'est le ton.  La narratrice, Penélope elle-même, fait preuve d'un humour sans pitié qui pourrait nous la rendre antipathique si elle ne faisait pas d'abord preuve d'auto-dérision.  J'ai apprécié également qu'elle s'adresse à nous en direct d'Hadès, où elle séjourne depuis des millénaires, se promenant dans un champ d'asphodèles, croisant occasionnellement son mari ou sa cousine Hélène de Troie (qu'elle déteste). (Et depuis j'ai en tête la jolie chanson de Marie Laforêt: «je ne vais plus cueillir les asphodèles, mon ciel et ma terre, c'est toi...»)

Le point de vue féministe adopté par Atwood par l'entremise de Pénélope est également à mentionner. En effet, elle dénonce tous ces viols dont sont victimes les femmes dans la mythologie (par des hommes ou des dieux, mention spéciale à Zeus pour son originalité) et qu'on décrit généralement sous l'euphémisme de «séductions»!  Je ne suis pas automatiquement fan d'un discours engagé dans un roman, mais ici c'est pertinent et bien intégré à l'intrigue.

Le fait qu'à la fin Pénélope nous avoue être tout aussi menteuse qu'Ulysse m'a d'abord un peu choquée car cela remet en question tout le récit (notamment son rôle dans la mort des douze servantes); et puis, en y repensant, je trouve cela plutôt ingénieux puisque cela nous oblige à nous faire notre propre idée.  

Non, finalement la seule chose dont je reste un peu déçue, c'est la superficialité de l'ensemble.  Certains thèmes auraient pu être plus fouillés, notamment la symbolique de ces douze servantes dont le sacrifice représenterait le renversement d'un culte lunaire féminin et son remplacement par une société patriarcale, une interprétation fort intéressante mais qui est expédiée en quelques pages et n'arrive qu'à la toute fin, alors qu'elle aurait pu occuper une place centrale.   

Bref, un roman plaisant mais qui reste un peu trop en surface.


The Penelopiad de Margaret Atwood, 2005, 121 p.  Titre de la traduction française: L'Odyssée de Pénélope.

4 commentaires:

  1. Je ne connaissais pas ce roman mais j'avoue que ça fait envie car j'aime beaucoup les réécritures de mythes et notamment les grecs car je connais bien les originaux. Mais c'est vraiment dommage si cela reste superficiel, je le note de côté si jamais dans l'année je le vois en bibliothèque.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ça reste un bon roman malgré le petit bémol que j'ai soulevé. On ne s'ennuie pas deux secondes et plusieurs passages sont amusants.

      Supprimer
  2. Très intéressant, merci pour la découverte.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il semble toutefois qu'il soit difficile à trouver en Europe, il faut l'acheter d'occasion ou en VO numérique, ou l'emprunter en bibliothèque.

      Supprimer