05 avril 2021

Mon frère

Il n'y a qu'un écrivain de la trempe de Pennac pour arriver à un équilibre aussi parfait entre des émotions contradictoires: la tristesse, le rire.  Tristesse, car il nous dresse le portrait de son frère décédé quelques années plutôt à la suite d'une erreur médicale.  Rire, car le frère en question était un sacré morceau, qui avait la répartie facile et un humour à toute épreuve.  Il n'a pourtant pas eu une vie facile.  Apprenant par exemple qu'il est atteint de la maladie de Parkinson, il s'exclame: «Ma femme voulait que je me secoue, elle va être servie!» 

Passant d'une époque à l'autre, Pennac nous raconte diverses anecdotes, tentant de cerner, sans y arriver vraiment, la personnalité insaisissable de son frère.  Les seules certitudes qu'il a, c'est leur affection mutuelle et l'immense manque qu'il ressent depuis sa disparition.  

En parallèle, Pennac rend hommage au théâtre en nous parlant de la pièce qu'il a montée et jouée en solo à partir de la nouvelle Bartleby le scribe de Melville, nouvelle que son frère avait beaucoup appréciée.  On retrouve d'ailleurs de nombreux extraits de cette nouvelle, fort intéressante (mais si vous aviez l'intention de la lire, faites-le avant de lire ce livre-ci car la fin y est révélée!).  

Un récit magnifique, original, drôle, touchant, intelligent, en petites touches impressionnistes.  Je recommande!


Mon frère de Daniel Pennac, 2018, 140 p.

4 commentaires:

  1. Tu me donnes encore plus envie de le lire. Vraiment, il a l'air bon. :)

    RépondreSupprimer
  2. Tu donnes envie. Pennac est grand!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, je l'aime dans tous les genres littéraires qu'il aborde!

      Supprimer