07 septembre 2021

Le Mystère Sherlock

Voici un petit polar amusant malgré ses quelques défauts.

Il s'agit en fait d'un pastiche des romans policiers classiques de style «huis-clos», avec de nombreuses références à Sherlock Holmes, vous l'aurez deviné, mais aussi à Agatha Christie (et petit avertissement en passant, J.M. Erre se permet de divulgâcher sans vergogne l'intrigue de Dix Petits Négres/Ils étaient Dix!  C'est à la page 204 et de nouveau brièvement à la page 231 de l'édition Pocket, si jamais vous voulez sauter ces passages.  Heureusement pour moi, j'ai déjà lu ce roman considéré comme un des meilleurs de Christie.  Il y a aussi des divulgâcheurs sur de nombreuses œuvres d'Arthur Conan Doyle que je n'ai pas encore lues, mais avec ma mémoire de poisson rouge je devrais les oublier rapidement.)

J'aime bien l'humour de J.M. Erre (déjà apprécié dans Prenez soin du chien) et j'ai ri plusieurs fois durant ma lecture, mais j'ai l'impression qu'avec un roman plus long, j'aurais facilement pu m'en lasser; heureusement que celui-ci ne fait que 260 pages.  J'ai également trouvé que les personnages étaient beaucoup trop caricaturaux, même si c'est attendu dans ce genre de parodies.  Les deux personnages féminins qui n'arrêtent pas de se crêper le chignon étaient parfaitement insupportables.  Je vous jure, on en prendrait une pour frapper l'autre!

Enfin, j'ai trouvé la conclusion satisfaisante dans l'ensemble, mais l'invraisemblance de certains détails m'a fait tiquer!

À lire, donc, pour l'humour, les multiples références et les réflexions sur la fiction en général et sur les polars en particulier, mais seulement si les petits défauts que j'ai soulignés ne sont pas du genre à trop vous incommoder.  Quand à moi, j'ai passé un agréable moment, mais je n'en garderai pas un souvenir impérissable. 


Le Mystère Sherlock de J.M. Erre, 2012, 260 p.

4 commentaires:

  1. J'avais beaucoup aimé l'univers loufoque de J. M. Erre. C'est inventif et cela donne toujours le sourire.

    RépondreEffacer
  2. C'était mon premier de l'auteur. Ce ne fut pas mon dernier, car je m'étais beaucoup amusée !

    RépondreEffacer