05 août 2015

Ru

Kim Thuy nous raconte ici son enfance au Vietnam, sa fuite sur un navire de boat people et son arrivée au Québec à l'âge de dix ans. Son récit est présenté par bribes de quelques phrases à quelques pages, de façon désordonnée, un souvenir en amenant un autre.  On fait des allers-retours entre l'enfance et l'âge adulte, entre le Vietnam en guerre, le Québec et de nouveau le Vietnam des années plus tard.  Cette construction a les défauts de ses qualités, comme on dit: c'est tout léger, cela se lit avec grand plaisir, mais je suis un peu restée sur ma faim, j'aurais bien apprécié quelque chose de plus étoffé.  J'en garderai toutefois un excellent souvenir et je relirai certainement cette écrivaine à la plume magnifique, d'une grande force évocatrice.

J'ai particulièrement aimé qu'elle compare les difficultés qu'elle a eues en arrivant au Québec sans connaître la langue ni la culture aux problèmes de son fils qui est autiste:

«Les orienteurs me convoquaient dans leur bureau chaque année parce qu'il y avait un écart flagrant entre mes notes scolaires et les résultats de mes tests de quotient intellectuel, qui frisaient la déficience.  Comment pouvais-je ne pas trouver l'intrus dans la série «seringue, scalpel, crâne, bistouri» alors que je pouvais réciter par coeur le texte sur Jacques Cartier?  Je ne maîtrisais que ce qui m'avait été spécifiquement enseigné, transmis, offert.  C'est pourquoi je comprenais le mot «chirurgien» sans connaître le mot «chéri» ou «salon de bronzage» ou «équitation».  Je savais comment chanter l'hymne national mais pas La Danse des canards ni le refrain des anniversaires.  J'accumulais les connaissances au hasard, comme mon fils Henri, qui peut prononcer le mot «poire» mais pas «maman», puisque nos parcours d'apprentissage sont atypiques, parsemés de détours et d'embûches, sans gradation ni logique.» 


Ru de Kim Thuy, 2009, 144 p.



6 commentaires:

  1. Mon préféré chez l'auteure parce qu'elle puise dans son expérience personnelle. À mes yeux, ça rend le roman plus fort!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'était mon premier de cette auteure, je pense éventuellement lire Man, je pourrai alors comparer.

      Supprimer
  2. Quel livre, quelle plume, j,ai adoré ''Ru''. Et ''Man'' fait partie de mes futures lectures.

    RépondreSupprimer
  3. Je ne lis que du bien de ce livre.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. En effet, je n'ai lu que des commentaires élogieux et je te le recommande!

      Supprimer