15 août 2015

Chercher le vent

Un roman de route...Le début est presque pénible. Un peu comme un Poulin, en moins sympathique, avec plus d'alcool et de cigarettes, et pas de chat.  À part que le premier chapitre m'a rappelé de beaux souvenir puisqu'il se déroule à La Minerve dans les Laurentides, au bord du lac Équerre où ma marraine et mon parrain avaient un chalet.

Le personnage principal (qui s'appelle d'ailleurs Jack comme l'alter ego de Poulin, je suppose que ce n'est pas un hasard...) est un gars dans la trentaine qui tente de se couper de tout sentiment et de tout contact humain à la suite d'un drame et d'une rupture.  Son beau-frère,  au contraire, est maniaco-dépressif et ressent tout à l'extrême.  Le mélange est explosif et les deux n'arrêtent pas de s'engueuler, ce qui devient lassant. 

Il y a quand même de jolies trouvailles et le tout s'améliore indéniablement dans la deuxième partie, qui se passe en Louisiane.  Le narrateur fait des rencontres et vit des évènements qui l'aideront à retrouver son humanité, ce qui rend la lecture nettement plus agréable.

Je garderai donc un souvenir positif de ce roman qui n'est cependant pas le gros coup de coeur que les critiques élogieuses m'avaient fait espérer.


Chercher le vent de Guillaume Vigneault, 2001, 267 p.



2 commentaires:

  1. Même si ce n'est pas le coup de coeur escompté, c'est bien de l'avoir lu pour s'en faire son propre avis et ça permet aussi aux autres d'avoir un bémol pour ce livre.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est vrai, peut-être qu'ainsi ils pourront mieux l'apprécier.

      Supprimer