15 novembre 2018

Néons et sakuras

Une excellente idée de départ: une mère et sa fille écrivent chacune de son côté le journal de leur voyage au Japon au temps des cerisiers en fleurs, chroniquant leurs impressions sur ce pays dont la culture nous est souvent incompréhensible. Les hôtels, la bouffe, les émissions de télé loufoques (c'est un euphémisme), les villes, la difficulté à entrer en relation avec les habitants, tout est décrit avec justesse et l'impression de dépaysement extrême est fort bien rendue.

J'ai seulement trouvé que cette idée de départ n'avait pas été exploitée à son plein potentiel, tout simplement parce que les auteures ont choisi d'entremêler leur voix sans rien pour les différencier. Un choix volontaire puisque c'est mentionné en quatrième de couverture, où l'on affirme qu'on pourra les distinguer grâce à leur style, mais dans mon cas c'est raté, je ne savais jamais qui parlait sauf si on mentionnait «Alice fait ceci» ou «maman dit cela».  Il était donc impossible de comparer les réactions de ces femmes de générations différentes, et c'était presque toujours comme si une seule personne nous racontait son voyage.

Seul autre petit hic, j'ai trouvé désagréable l'utilisation de la nouvelle façon de contracter les variantes féminines et masculines d'un mot en utilisant des points médians (les japonais·e·s, les piéton·ne·s); autant je trouve que cela a sa place dans les textes administratifs, autant en littérature je trouve cela rebutant.  Peut-être que je vais m'habituer, mais pour l'instant cela me fait décrocher du texte car mon cerveau ne sait pas comment le prononcer dans ma tête, si vous voyez ce que je veux dire.

Aussi, si votre liseuse est un vieux machin antédiluvien comme ma vieille Sony PRS-350 qui ne reconnaît pas les jolis caractères japonais qu'on retrouve en tête de chaque chapitre et assez souvent dans le texte, privilégiez l'édition papier!

Bref, une lecture imparfaite mais tout de même intéressante pour qui aime les récits de voyage.


Néons et sakuras d'Alice Michaud-Lapointe et Ginette Michaud, 2018, 141 p.
 
http://chezyueyin.org/blog/?p=7347
Clic!

2 commentaires:

  1. Dommage. je vais le laisser à d'autres!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Dommage en effet. C'est tout de même un livre intéressant pour qui s'intéresse à ce pays et à ses habitants.

      Supprimer